/news/coronavirus

Environ 200 infirmières retraitées prêtes à revenir

Étienne Paré | Agence QMI

Environ 200 infirmières à la retraite s’apprêtent à retourner sur le marché du travail, deux jours à peine après l'autorisation de ce recours pour face à la crise du coronavirus. 

• À lire aussi: Des patients continuent de cacher des informations 

• À lire aussi: Deux semaines qui ont marqué le Québec 

• À lire aussi: Prête à revêtir son uniforme pour la cause 

«C’est une bonne nouvelle. Et ce sera probablement plus la semaine prochaine. On a un bassin de 8000 personnes admissibles», a indiqué Luc Mathieu, président de l’Ordre des infirmiers et des infirmières du Québec (OIIQ). 

En date de samedi, c’étaient 114 retraitées qui avaient déjà reçu l’autorisation de leur ancien ordre professionnel pour venir prêter main-forte. Environ 90 autres devraient obtenir cette permission dans les prochains jours, le temps que l’OIIQ fasse quelques vérifications. 

C’est que les anciennes infirmières désireuses de répondre à l’appel du gouvernement Legault doivent répondre à des critères assez stricts. Entre autres, elles doivent avoir quitté la profession depuis moins de cinq ans et doivent avoir moins de 70 ans. 

Après s’être inscrits sur le site de l’ordre, les infirmiers et infirmières ont à remplir un formulaire à l’intention du ministère de la Santé, qui décide en fonction de leur expérience si oui ou non ils seraient utiles au réseau actuellement. L’ordre se penche ensuite de nouveau sur leur cas. 

«C’est un peu ça qui ralentit le processus, mais on ne dit pas que ce n’est pas nécessaire. [...] C’est une première pour tout le monde», a défendu M. Mathieu. 

En plus de travailler activement pour attirer des retraités, le président de l’ordre professionnel milite actuellement pour le retour volontaire d’infirmières en congé de maternité ou en maladie. 

«Plusieurs nous ont appelés dernièrement et nous demandent de quelle manière elles pourraient être utiles, sans retourner sur le plancher. On pense qu’elles pourraient servir pour la ligne 811, par exemple. Malheureusement, présentement, elles n’ont pas droit de le faire», a illustré Luc Mathieu.