/news/coronavirus

Québec engagé dans une course contre la montre

TVA Nouvelles

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) est dans une véritable course contre la montre pour pallier l’éventuel afflux de patients atteints de la COVID-19 dans les hôpitaux.  

Pour bien gérer la crise, le gouvernement Legault s’est doté d’un plan de contingence dont TVA Nouvelles a obtenu une copie.  

• À lire aussi: Les centres commerciaux devront fermer à leur tour 

• À lire aussi: 4 décès et 219 cas confirmés au Québec 

Le «Plan de contingence de soins critiques COVID-19» est un plan d’action pour l’hospitalisation et le traitement des patients atteints du coronavirus. 

Ce plan compte quatre niveaux d’alerte : verte, jaune, orange et rouge. 

TVA Nouvelles

 

Niveau jaune 

Selon nos sources, le Québec est présentement au niveau d’alerte jaune.  

À ce niveau, dix hôpitaux devraient être en mesure de tester les patients pour la COVID-19, la priorité étant donnée aux patients aux soins intensifs.  

«Il faut comprendre que nous, on est en anticipation. Parce qu'on sait que quand ça s'installe, ça va très, très vite», a lancé le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, lors d’un point de presse dimanche.  

Niveau orange  

Si la crise s’aggrave, le Québec passera au niveau d’alerte orange. Ce seront alors 21 centres hospitaliers qui seront désignés pour les patients atteints de la COVID-19.  

De plus, des opérations non urgentes devront être reportées et, peut-on lire dans le document, il faudra considérer la suspension de certaines activités de transplantation.  

Niveau rouge  

Au niveau d’alerte rouge, tous les hôpitaux de la province seront mis à contribution.  

Dans le but d’être prêt à toute éventualité, Québec a déjà contacté des hôtels pour désengorger le réseau.  

«Il faut que les hôpitaux soient prêts avant que cette vague-là arrive, et si elle est moins haute que ce à quoi on peut s'attendre, écoutez, on se sera préparés», affirme le Dr Christian Fortin, omnipraticien.  

Des discussions sont également en cours avec les cliniques de chirurgie privée pour qu’elles puissent éventuellement être utilisées afin d'hospitaliser des malades. 

«Si jamais le ministère a besoin de nous pour aider le réseau, pour aider à sauver des vies, affirme le Dr Pierre Brassard. On a une pandémie sérieuse et si on veut s'en sortir, notre réseau a besoin de la collaboration de tout le monde.»

Dans la même catégorie