/news/coronavirus

«Assez, c'est assez!» : Justin Trudeau rappelle les Canadiens à l'ordre

Émilie Bergeron

Afin d’exhorter les Canadiens à respecter les mesures de distanciation sociale et leur dire que personne n’est invincible face à la COVID-19, le gouvernement Trudeau lance une campagne publicitaire de 30 millions $.   

• À lire aussi: Justin Trudeau appuie le Comité olympique canadien  

«Assez, c’est assez. Rentrez chez vous et restez-y!», a lancé le premier ministre Justin Trudeau, lundi, à l’adresse de ceux qui continuent de se rassembler malgré les risques de propagation.

Dans son point de presse quotidien depuis sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa, M. Trudeau a du même souffle prévenu que son gouvernement n’hésiterait pas à s’assurer que les règles sont respectées «si nécessaire».

La ministre de la Santé Patty Hajdu a par la suite précisé que le fédéral pourrait orchestrer des visites aléatoires ou de la surveillance téléphonique afin de s'assurer que les personnes qui ont reçu la directive de se placer en isolement se conforment aux directives.

En attendant, de premières publicités pourront être vues sur pratiquement tous les réseaux de télévision et toutes les chaines de radio dès lundi, et ce, jusqu’à la fin avril minimalement. L’offensive publicitaire, qui sera aussi déployée dans les médias écrits, mettra à contribution des intervenants du secteur culturel connus, a dit M. Trudeau

  

«L’excuse de ne pas avoir entendu le message n’en sera pas une, a-t-il insisté. Nous allons rejoindre tout le monde et écouter [les directives] est votre devoir.»

Les 30 millions $ investis dans cette campagne proviennent du fonds de 1,1 milliard $ mis sur pied le 11 mars par Ottawa pour contrer la COVID-19. En tout, 50 millions $ sont réservés aux efforts de sensibilisation.

Fermer les frontières interprovinciales?

M. Trudeau doit s’entretenir avec ses homologues des provinces et territoires, lundi soir, et la possibilité de fermer les frontières interprovinciales sera sur la table, a-t-il précisé. Les Territoires du Nord-Ouest et la Nouvelle-Écosse ont déjà fermé leurs frontières, mais le fédéral n’a pas tranché sur la question.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, a toutefois souligné qu’il n’est pas évident de fermer unilatéralement toutes les frontières séparant une province à l’autre puisque chacune d’elle a ses particularités propres.

Même son de cloche du côté du premier ministre québécois François Legault, qui a relevé qu’une fermeture de la frontière entre le Québec et l’Ontario poserait particulièrement problème étant donné les circulations essentielles entre les villes de Gatineau et d’Ottawa.

Les premiers ministres provinciaux doivent aussi indiquer à M. Trudeau s’ils souhaitent que son gouvernement invoque la Loi sur les mesures d’urgence, qui donne entre autres le pouvoir extraordinaire de restreindre les déplacements de populations. Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, s'est montré favorable au recours à cette loi lundi après-midi pour uniformiser les mesures prises par les provinces contre la COVID-19.

Le rapatriement se poursuit

Par ailleurs, M. Trudeau a fait savoir que trois vols ont été sécurisés auprès d’Air Canada pour rapatrier des Canadiens pris au Pérou. Deux autres vols partiront du Maroc dans les prochains jours, a-t-il ajouté.

Affaires mondiales Canada a renchéri dans un communiqué qu’un vol d’Air Canada partira de l’Espagne prochainement. Air Transat devrait son côté assurer le retour de Canadiens pris au Honduras, en Équateur, au Salvador et au Guatemala par une série de vols, mais des détails étaient toujours en train d'être coordonnés à ce niveau lundi.

M. Trudeau a par ailleurs dévoilé les premières entreprises qui élaboreront des traitements contre la COVID-19 au moyen d’une partie des 275 millions $ injectés par le fédéral dans la recherche. Du lot, on retrouve Medicago, basée à Québec. Cette entreprise développe un vaccin potentiel à base de plantes.

Ottawa a également annoncé lundi que les agriculteurs auront droit à une aide financière de 5 milliards $.

L’argent sera disponible par le biais de prêts additionnels faits par Financement agricole Canada.

De plus, les producteurs qui devaient rembourser un prêt avec le Programme de paiements anticipés en date du 30 avril auront un sursis de six mois. Cette mesure représente un report de 173 millions $.

Dans la même catégorie