/news/coronavirus

Jean-François Roberge pourrait implanter des programmes personnalisés

Le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, en conférence de presse à l’Assemblée nationale le dimanche, 22 mars, 2020.

Photo DIDIER DEBUSSCHERE

Le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, en conférence de presse à l’Assemblée nationale le dimanche, 22 mars, 2020.

S’il a annoncé dimanche, aux côtés du premier ministre François Legault, le prolongement de la fermeture des écoles et des services de garde jusqu’au 1er mai, le ministre de l’Éducation du Québec Jean-François Roberge entrevoit l’idée de mesures personnalisées pour les élèves en difficulté d’apprentissage.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Coronavirus: Trump exprime des doutes sur les restrictions

• À lire aussi: L'économie mondiale va souffrir pour «des années»

«Pour les enfants en difficulté, qui ont des besoins particuliers, on va aller plus loin pour eux autres», a-t-il indiqué lundi matin à QUB radio. Disant avoir besoin d’une semaine supplémentaire pour définir un plan d’action avec ses partenaires, le ministre de l’Éducation pourrait annoncer un programme d’appels et de vidéos pour les élèves dans le besoin.  

«On ne veut pas laisser tomber les enfants qui sont en difficulté», a assuré M. Roberge au micro de l’émission Dutrizac.  

Écoutez l'entrevue complète ici:  

Ces mesures s’ajouteraient au programme qui sera lancé le 6 avril, pour lequel chaque élève du réseau public et du réseau privé recevra une liste d’activités d’apprentissage hebdomadaires, mais non obligatoires.   

Deux poids, deux mesures?  

Alors que certains professeurs demandent au ministre Roberge de mettre fin à l’enseignement à distance pour ne pas créer d’écart entre les réseaux privé et public, ni même entre les étudiants d’un même réseau, ce dernier dit ne pas vouloir intervenir en ce sens.  

«Est-ce qu’on va empêcher des gens d’en faire un peu plus autant dans le public que dans le privé? Non, je ne suis pas un adepte du nivellement par le bas et de dire je vous interdis d’être créatif et d’en faire plus pour vos élèves», a-t-il mentionné.  

Il dénote néanmoins une «géométrie variable» dans les deux réseaux et réitère que le programme lancé en avril sera équitable pour tout le monde.  

M. Roberge invite par ailleurs les parents à consacrer du temps, de la même façon qu’ils en prenaient déjà pour la révision quotidienne des devoirs, à l’apprentissage scolaire de leur enfant.  

«Ce fameux suivi qui se faisait déjà [...] eh bien on pourra le faire pour s’assurer qu’au moins une partie des activités qu’on va envoyer chaque semaine soit faite», a-t-il expliqué.

Dans la même catégorie