/news/coronavirus

Fermer les succursales de la SQDC: contraire à la protection de la santé publique?

Vincent Larin | Agence QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Il serait contraire à la protection de la santé publique de fermer les succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) en temps de pandémie mondiale, affirme le principal syndicat d’employé de la société d’État. 

• À lire aussi: Garder les SAQ ouvertes est une «excellente décision» 

• À lire aussi: COVID-19: Un achalandage comparable à Nöel à la SAQ 

Au moment où l’achalandage en succursale se compare à celui du temps des fêtes, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFQ) prétend que la SQDC répond plus que jamais à son mandat de faire reculer la place occupée par le crime organisé, mais aussi de protection du public. 

«Alors que nous vivons une crise sanitaire historique, sans précédent, est-ce que l'on veut vraiment que les dizaines de milliers de clients de la SQDC retournent s'approvisionner dans la rue, manipulant de l'argent papier, des produits qui ne sont pas emballés de manière sécuritaire?», se questionne le directeur québécois du SCFP, Marc Ranger. 

Le Dr Horacio Arruda, devenu une figure emblématique de la lutte à la COVID-19, fait partie des personnes désignées par le gouvernement pour assister le conseil d'administration de la SQDC, rappelle le SCFP. 

Marc Ranger plaide plutôt pour l’ajout de nouvelles mesures de sécurité pour les employés de la SQDC, dont l’ajout de panneaux en plexiglas, afin de les séparer du public. 

«Avec l'achalandage accru des derniers jours, la clientèle en quarantaine qui se présente en succursale et le stress lié à la situation d'urgence actuelle, les salariés.e.s en ont plein les bras et méritent une reconnaissance particulière de la part de la SQDC», indique-t-il. 

Le SCFP fait également valoir que la plupart des autres provinces canadiennes ont choisi aussi de maintenir leur réseau de distribution de cannabis ouvert. 

|