/news/coronavirus

«La chloroquine peut provoquer des arrêts cardiaques»

Marie-Pier Cayer | Agence QMI

Alors qu’on présentait la chloroquine comme la panacée pour contrer la COVID-19, elle peut en fait provoquer des arrêts cardiaques soudain même chez des patients en bonne santé.   

Le traitement miracle vanté par Donal Trump pourrait être très dangereux s’il est pris à la légère. Déjà dans le monde, des cas d’intoxication à la chloroquine sont recensés. Le cardiologue Martin Juneau, directeur de la prévention à l'Institut de cardiologie de Montréal explique que ce n’est pas encore le traitement miracle.   

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

«Les études faites jusqu’à présent sont très petites, non contrôlées et avec un placébo sur 20 patients, c’est loin de convaincre les scientifiques», a dit le cardiologue au micro de Benoît Dutrizac à QUB radio.   

«Ce que les auditeurs (et lecteurs) doivent savoir c’est que d’abord rien ne prouve l’efficacité. Ça, ce n’est pas grave. Mais ce qui est grave c’est que le médicament provoque beaucoup d’effets secondaires comme un risque d’arrêt cardiaque.»   

Ainsi, comme l’explique le Dr Juneau, si un patient de 22 ans en pleine santé décide de prendre le traitement, il peut faire un arrêt cardiaque.   

Au Québec, ce médicament contre le paludisme est «heureusement» sous prescription.   

Dans le reste du monde, la disponibilité sans ordonnance est très variable. Des pays d’Europe et d’Afrique rendent la chloroquine disponible sur les tablettes des pharmacies. Plusieurs intoxications rapportées ont eu lieu au Nigéria, selon lui. «Faut savoir que la chloroquine ne coûte pas cher et que dans les pays d’Afrique, c’est le médicament pour la malaria donc très accessible.»   

Est-ce une piste valide vers un médicament contre la COVID-19? «Oui certainement, beaucoup d’équipes de chercheurs travaillent sur la chloroquine et hydrochloroquine, une forme plus puissante. Mais les études sont faites en bonne et due forme avec un groupe placébo. On va le savoir assez rapidement avec le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 dans le monde.»   

L’équipe du Dr Juneau participe en ce moment une étude sur 6000 patients.   

Il se prononce aussi sur le danger qu’est Donal Trump. «Il est entouré de l’un des meilleurs experts au monde, le Dr Anthony Fauci, mais il a de la misère à l’écouter. Si vous regardez le non verbal de Fauci dans les conférences de presse, il est très mal à l’aise. C’est sûr que Trump l’aurait congédié il y a longtemps si ce n’était pas un héros de la guerre aux infections depuis 20 ans. Il est intouchable.»   

Les scientifiques lancent des signaux d’alarme depuis longtemps face à une possible pandémie. «Après le SRAS et après l’éclosion d’un coronavirus beaucoup plus dangereux au Moyen-Orient, beaucoup de chercheurs ont dit qu’il était temps de mettre énormément d’argent, des centaines de millions de dollars, car il va y avoir une pandémie un jour. Ça n’a pas été pris au sérieux, car ce n’était pas payant!»   

«Ce qui arrive en ce moment c’est que les gouvernements vont se réveiller, les pharmaceutiques vont avoir beaucoup d’argent à faire dans ce domaine-là et c’est sûr qu’il va y avoir d’immenses efforts. On ne se retrouvera plus comme on est maintenant.»   

En France, plusieurs théories du complot se propagent autour de l’industrie pharmaceutique alléguant que celles-ci ne veulent pas qu’on utilise la chloroquine, car ça ne serait pas assez payant.   

Le Dr Juneau n’y croit pas du tout. «Des pharmas rendent disponible et donnent des millions de doses pour les chercheurs et les gouvernements. Les gens peuvent avoir toutes sortes d’idées, mais avec l’économie qui s’écroule, les pharmas ont tout intérêt à trouver un médicament efficace et vite.»   

Étant cardiologue, le Dr Juneau met aussi en garde les patients atteints de maladies cardiaques et les personnes plus âgées. «Pas seulement les grands malades cardiaques, mais également ceux qui font de l’hypertension, du diabète ou sont obèses sont très à risque».

Dans la même catégorie