/news/coronavirus

L'Ontario annonce un plan de 17 milliards $ pour lutter contre la COVID-19

Agence QMI

Un passant à Toronto.

AFP

Un passant à Toronto.

Le gouvernement ontarien a annoncé, mercredi, 17 milliards $ en mesures pour lutter contre la pandémie de COVID-19 dans le cadre d'une mise à jour budgétaire.

• À lire aussi: COVID-19: trois nouveaux décès à Toronto 

Le plan annoncé par le ministre des Finances, Rod Philips, comprend un montant de 7 milliards $ pour épauler le système de la santé et pour offrir un soutien direct aux travailleurs ayant perdu leur emploi.

De plus, un total de 10 milliards $ est prévu pour reporter les impôts et d'autres paiements fiscaux des particuliers et des entreprises, afin de «protéger les emplois et les budgets des ménages».

«Durant cette pandémie mondiale, je veux qu'en Ontario, les gens se concentrent sur leur santé - non pas sur la crainte de perdre leur emploi ou sur la manière de joindre les deux bouts en présence de dépenses supplémentaires imprévues», a expliqué le ministre Philips dans un communiqué détaillant le plan d'aide.

Un montant de 935 millions $ a notamment été injecté dans le secteur hospitalier pour améliorer sa capacité et ajouter 1500 lits, dont 500 en soins intensifs. Un fonds de 1 milliard $ est aussi prévu pour faire face à d'éventuels besoins liés à la COVID-19.

Du côté des particuliers, un montant de 200 $ par enfant de moins de 12 ans et de 250 $ pour les enfants ayant des besoins particuliers est prévu pour les parents pour les aider à faire face à la fermeture des écoles et garderies.

Des réductions sur les factures d'électricité et des allégements fiscaux sont aussi prévus pour aider les ménages et entreprises.

«Nous aidons à rendre la vie un peu plus facile à gérer pour tout le monde en Ontario, tout en procurant un soutien additionnel aux personnes qui en ont le plus besoin», a résumé M. Philips.

Pour les entreprises, un montant de 6 milliards $ est notamment prévu pour exonérer des pénalités et intérêts normalement applicables les entreprises qui seront en retard pour produire leur déclaration d'impôt. Elles auront droit à un sursis de cinq mois, a indiqué le gouvernement.