/news/currentevents

Une bijouterie cambriolée à Montréal pendant la pandémie

TVA Nouvelles

Alors que plusieurs commerces jugés non essentiels sont fermés en raison de la pandémie de coronavirus, les commerçants doivent demeurer vigilants. 

Une bijouterie montréalaise a été cambriolée, a constaté son propriétaire, mardi. La boutique Rosas de Portugal dans le quartier Plateau-Mont-Royal a été dérobée d’articles totalisant une valeur totale d’environ un demi-million de dollars, pourtant déjà dissimulés dans des coffres-forts en arrière-boutique. 

• À lire aussi: Entreprises essentielles: au moins 400 emplois disponibles à Québec 

Les voleurs sont entrés par effraction dans un restaurant adjacent pour pénétrer le magasin de bijoux – un effort d’approximativement quatre heures lors desquelles aucun des systèmes d’alarme des deux commerces n’a été déclenché. Les coffres-forts subtilisés pesaient environ une tonne et demie chacun. 

Pour le propriétaire, Eduardo Nunes, il semble tout bonnement impossible de survivre dans le domaine après cet incident, étant donné la prime d’assurances trop élevée.  

« Ça fait 39 années que je suis en affaires. C’est sûr qu’on avait gardé un peu de métaux de côté, des pierres précieuses, des bijoux en réparation pour les clients. C’est ça, le pire pour moi : comment peut-on rembourser tout le monde? » a déploré le bijoutier en entrevue avec TVA Nouvelles, mercredi. 

Une enquête est ouverte. Tandis que sévit la propagation de COVID-19, particulièrement dans la métropole où plus de 600 cas étaient cumulativement recensés mercredi, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rappelle aux commerçants de demeurer vigilants et de laisser la lumière allumée à l’intérieur de leur commerce.  

Le premier ministre François Legault a ordonné lundi la fermeture de toutes les entreprises et commerces pendant trois semaines à l’échelle de la province de Québec, sauf les services essentiels.            

Sans même être victimes de cambriolages comme celui dont a fait l’objet la bijouterie Rosas de Portugal, des employeurs se demandent comment éviter la faillite. De nombreuses entreprises à travers le Québec avait jusqu’à minuit, mardi, pour fermer leurs portes. 

D'après les informations de Bénédicte Lebel pour TVA Nouvelles