/news/world

Des États américains veulent rétablir la recherche sur les tissus foetaux

Agence France-Presse

close-up of scientist hands with microscope, examining samples and liquid

Hoda Bogdan - stock.adobe.com

Une quinzaine d'États américains ont écrit jeudi au président Donald Trump pour lui demander de lever l'interdiction de recherche publique sur des tissus foetaux, afin d'augmenter les chances des médecins de lutter contre la pandémie de coronavirus.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Les leçons d'une autre pandémie, la tuberculose

«Développer un vaccin et des traitements thérapeutiques contre le virus doit être la priorité numéro un. Pour atteindre cet objectif, nous devons faire en sorte que les scientifiques et médecins aient accès aux ressources nécessaires», a expliqué dans un communiqué le procureur fédéral de Californie, Xavier Becerra.

Or le gouvernement de Donald Trump a interdit depuis juin 2019 toute recherche sur les tissus foetaux dans les centres fédéraux, une revendication majeure des militants anti-IVG aux États-Unis.

En écho à de nombreux chercheurs, Xavier Becerra estime que l'impossibilité d'utiliser des tissus foetaux «nuit à la capacité de notre pays de riposter au Covid-19». Il a donc pris la tête d'une coalition de procureurs d'une quinzaine d'États (Californie, New York, Virginie, Wisconsin, etc.) qui demandent au président Donald Trump et à son ministre de la Santé de «lever cette interdiction».

«Le moment n'est pas à la politique. Notre pays fait face à une crise sans précédent», écrivent-ils dans leur lettre.

«Pour surmonter cette pandémie, nous avons besoin d'utiliser tous les outils à notre disposition (...) et l'avis des scientifiques sur le sujet est clair: il n'y a actuellement pas d'alternative aux tissus foetaux humains» pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus, soulignent-ils.

Des recherches menées sur de tels tissus, souvent prélevés sur des foetus avortés, ont contribué à l'élaboration de vaccins contre la poliomyélite, la rubéole et la rougeole. 

Les tissus foetaux - qui permettent notamment de créer chez des animaux un système immunitaire proche de celui de l'homme - sont aussi utilisés pour la recherche contre la maladie d'Alzheimer, les blessures de la moelle épinière, des maladies ophtalmiques ou le VIH.