/news/tele

Fin de saison devancée pour «Ça finit bien la semaine»

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

ART-CA-FINIT-BIEN-LA-SEMAINE

PHOTO COURTOISIE/TVA

«Ça finit bien la semaine» achèvera sa dixième saison ce vendredi, trois semaines plus tôt que prévu en raison de la pandémie de COVID-19 qui affecte le milieu du petit écran comme tous les autres domaines. Mais Julie Bélanger et José Gaudet terminent quand même leur année de télévision la tête haute, avec le sentiment du devoir accompli.

«L’émission de vendredi n’était pas pensée comme notre dernière au moment où on l’a fait, alors que les mesures [de sécurité] du gouvernement ne faisaient que commencer, explique Julie Bélanger en entrevue. Mais devant la situation exceptionnelle et pour la sécurité de tout le monde sur le plateau, mes patrons ont décidé de cesser la diffusion et les enregistrements, et j’étais bien d’accord avec ça.»

Ce dernier rendez-vous du printemps 2020 a néanmoins été filmé sans public en studio.

«C’était particulier comme ambiance, mais une fois que les entrevues sont parties, on oublie ça et on demeure dans le même ton qu’à l’habitude», note Julie Bélanger.

On sait que, dans les dernières semaines, d’autres tribunes populaires comme «En direct de l’univers» et «Tout le monde en parle» ont aussi éliminé l’assistance de leur décor pour respecter les recommandations de distanciation sociale émises par le gouvernement.

Un rêve réalisé

Avant de partir en congé – on ignore encore si «Ça finit bien la semaine» reviendra pour une onzième saison à TVA l’automne prochain –, Julie Bélanger et José Gaudet jaseront avec Phil Roy, qui aura droit à quelques surprises et à qui on fera goûter «sa propre médecine», à la manière de ce qu’il fait lui-même vivre à ses convives à «Phil s’invite», laisse miroiter Julie Bélanger.

Le couple formé d’Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thivierge fera le point sur ses multiples projets et révélera quelques secrets sur son mariage, et Benoît McGinnis, en l’honneur de sa première visite à vie dans le décor de «Ça finit bien la semaine», réalisera un fantasme... sur quatre roues, lui qui aspirait «conduire des affaires à moteur dans le bois», précise Julie Bélanger en éclatant de rire.

«On l’a pris au mot et on réalise son rêve», indique cette dernière, amusée, en ajoutant que d’autres têtes connues, dont Michel Barrette, effectueront aussi des apparitions inattendues.

Voilà maintenant sept ans que Julie Bélanger et José Gaudet copilotent «Ça finit bien la semaine», qui avait d’abord pris l’antenne en 2010 avec Isabelle Racicot et Mélanie Maynard aux commandes. Le «talk-show» a franchi le cap des 200 épisodes en février 2019.

Avec des cotes d’écoute qui chatouillent le million de téléspectateurs en données préliminaires et le dépassent en résultats confirmés (c’est-à-dire en incluant les enregistrements et visionnements en différé), une complicité en or entre les deux coanimateurs, dont ceux-ci ont fréquemment parlé, et un plaisir renouvelé chaque semaine tant pour l’équipe que pour les invités, on peut parler de recette gagnante pour ce divertissement du vendredi soir pour de nombreux Québécois.

«Pour nous, ç’a été notre saison la plus exceptionnelle, à tous les niveaux, souligne Julie Bélanger. On a eu les meilleures cotes d’écoute en 10 ans d’existence de "Ça finit bien la semaine". On a réussi à aller chercher un nouveau public. Beaucoup de gens me disent qu’ils regardent l’émission en couple, et que c’est leur moment pour se verser leur premier verre de vin pour partir la fin de semaine en riant et en ayant du "fun". C’était la mission qu’on s’était donnée, et on est contents. Même au niveau de l’organisation, après sept ans, il y a quelque chose de rodé dans l’équipe, qui se fait de façon organique. Ce qu’on trouve important, et que les artistes nous disent quand ils viennent chez nous, c’est que les invités se sentent bien sur notre plateau, et de passer un bon moment avec eux.»

«Ça finit bien la semaine», ce vendredi, 27 mars, à 19 h, à TVA.