/sports

Les 500 Miles d'Indianapolis reportés au 23 août

Agence France-Presse

La 104e édition des 500 Miles d'Indianapolis, initialement prévue le 24 mai, a été reportée au 23 août, en raison de la pandémie de coronavirus, ont conjointement annoncé jeudi l'IndyCar et l'Indianapolis Motor Speedway, promoteur de la course.

C'est la première fois que la mythique course automobile, la plus suivie aux États unis avec quelque 300 000 personnes présentes chaque année autour de «l'ovale», et remportée l'an passé par le Français Simon Pagenaud, se disputera à un autre mois que celui de mai.

Les organisateurs ont également reporté le Grand Prix d'Indianapolis, qui devait avoir lieu le 9 mai sur le tracé routier du Speedway, au 4 juillet, jour de la fête de l'Indépendance américaine.

Avec ces deux courses, ce sont désormais six épreuves sur les 17 que compte le championnat IndyCar, qui sont annulées ou reportées.

«Le mois de mai à l'Indianapolis Motor Speedway est ma période préférée de l'année, et comme nos fans, je suis déçu que nous ayons dû reporter les 500 Miles», a déclaré Roger Penske, propriétaire de la course et du circuit.

«Cependant, la santé et la sécurité de nos participants et spectateurs sont notre priorité absolue, et nous pensons que le report de l'événement est la décision responsable avec les conditions et les restrictions auxquelles nous sommes confrontés», a-t-il argué.

«Je suis convaincu que nous accueillerons les fans avec une installation transformée et un spectacle mondial lorsque nous courrons la plus grande course du monde», a-t-il conclu.

Vendredi, interrogé par l'AFP, Mike Miles, patron de l'IndyCar, avait dit que «les 500 Miles étaient sa priorité» et être «sûr, autant qu'il est possible de l'être, que la course se courra».

Outre le GP d'Indianapolis et les 500 Miles, les quatre premières épreuves de la saison, les GP de St. Petersburg, d'Alabama, de Long Beach et d'Austin, ont été annulés.

Mais deux d'entre eux pourraient être finalement courus, avait dit M. Miles, sans préciser lesquels.

«Rien n'indique que nous finirions avec 15 courses sur 17. Il y a la possibilité de faire des "double headers" (deux courses disputées sur un même circuit, une le samedi l'autre le dimanche), comme on le fait déjà à Détroit», avait-il expliqué.