/news/coronavirus

Masques envoyés en Chine : Trudeau se défend

Agence QMI

Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Justin Trudeau a dû se défendre jeudi d’avoir expédié en Chine, le mois dernier, 16 tonnes de masques et autres équipements médicaux, une décision fustigée par les conservateurs.

• À lire aussi: Trudeau souhaite une baisse des taux des cartes de crédit

• À lire aussi: Trudeau ne veut pas de soldats à la frontière

C’est le «Globe and Mail» qui a rapporté que le fédéral a fait parvenir à la Chine 16 tonnes d’équipements de protection individuelle, incluant des vêtements, des visières, des masques, des lunettes et des gants» en Chine, dans un effort de collaboration pour lutter contre la COVID-19.

Interrogé sur cet envoi lors de son point de presse quotidien, le premier ministre a indiqué qu’il s’agit d’une «pandémie globale [qui] exige des réponses globales».

«Le Canada comprend que d’aider les autres, c’est une façon de s’aider aussi, a-t-il expliqué. Mais je peux rassurer les Canadiens qu’on a toujours pu combler les besoins des provinces par rapport à l’équipement. Et dans les jours à venir, on va recevoir des millions d’items de plus pour pouvoir combler tous les besoins.»

Dans les produits que le Canada a envoyés en Chine, il y avait 50 118 visières, 1101 masques, 1820 paires de lunettes, 36 425 combinaisons médicales, 200 000 gants en nitrile et 3000 tabliers, provenant des stocks de la Croix-Rouge canadienne et du gouvernement du Canada.

À cette époque, la ministre du Développement international, Karina Gould, avait déclaré par voie de communiqué que «des équipements de protection individuelle sont essentiels pour prévenir et limiter la propagation du virus».

Or dès le mois de janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déjà averti les pays de se préparer à une pandémie.

Au Parti conservateur du Canada, on ne s’explique pas cette décision du gouvernement Trudeau. «La nouvelle que nous avons apprise aujourd’hui est scandaleuse», a fait savoir le chef Andrew Scheer.

«Aucun travailleur de la santé de première ligne ne devrait être exposé à des risques en raison du manque d’équipement de protection individuelle», a-t-il ajouté, dans un communiqué publié jeudi.

Dans la même catégorie