/news/coronavirus/cavabienaller

Se marier au temps du coronavirus

Kathryne Lamontagne | Le Journal de Montréal

Journaliste

Photo courtoisie

Parce que l’amour est plus grand que la pandémie, un couple de Lanaudière forcé d’annuler sa magnifique cérémonie de mariage a tout de même uni sa destinée, mais en toute simplicité.  

• À lire aussi: «La pandémie de l’amour et de l’encouragement»

• À lire aussi: COVID-19: le bilan des cas dépasse le cap des 3800 au pays

Amoureux depuis trois ans, Marie-Eve Leblanc et Jonathan Piccolo devaient se marier samedi dernier dans une chapelle près de Joliette, devant plus d’une centaine d’invités.   

Journaliste

Photo courtoisie

«Ça faisait un an qu’on préparait ça. C’était une grosse organisation : la limousine, les demoiselles d’honneur, un photobooth, un magicien, des musiciens, une violoniste, une pianiste, un gâteau énorme.... C’était vraiment le gros mariage, sous le thème des années folles, des années 1920», avance la nouvelle mariée.   

Précautions  

Voyant la multiplication des mesures mises en place pour lutter contre la COVID-19, le couple avait fait des ajustements dans les jours précédant la grande soirée. Le bar à bonbons avait été retiré et le duo avait demandé aux gens qui revenaient de voyage ou qui présentaient des symptômes grippaux de ne pas se présenter aux noces, notamment.     

  • Écoutez l'entrevue des nouveaux mariés à l'émission Les Effrontées à QUB radio :   

«On avait pris des précautions additionnelles. Et on avait espoir, parce que jusque-là, c’était encore permis», avance Marie-Eve Leblanc, qui est infirmière depuis 16 ans.   

Ces mesures auront toutefois été vaines. Le dimanche précédant le mariage, le couple a reçu un appel de la personne responsable de leur salle de réception pour les aviser que la noce était annulée. «Je suis partie à pleurer, mon conjoint aussi», se souvient-elle.  

Journaliste

Photo courtoisie

Le lendemain, Marie-Eve et Jonathan ont informé leur célébrant – un ami – de la triste nouvelle. L’homme leur alors a lancé l’idée de tenir une cérémonie intimiste chez lui. L’offre a séduit le couple. «Dans ma tête, ça ne marchait pas qu’on ne se marie pas le 21 mars. On se foutait de la fête. On voulait juste se marier», lance-t-elle, encore émue.   

Les amoureux se sont finalement unis tel que prévu, en présence de leurs trois enfants – issus d’unions précédentes – et des parents de Marie-Eve, qui ont fait offices de témoin. Un photographe a immortalisé le moment et la scène a été diffusée en direct sur Facebook, auprès de leurs invités. En temps de crise, un gâteau surmonté d’un rouleau de papier de toilette avait été commandé pour l’occasion.   

Journaliste

Photo courtoisie

«C’est la plus belle cérémonie qu’on pouvait avoir. On a ri, on ne s’est pas pris au sérieux. Ça nous représentait à 200%, expose la nouvelle mariée. C’est notre folie. C’est notre ode à la vie. C’est le fun de faire le party avec les amis, mais l’idée au départ, c’était de se marier.»   

Comme tous les fournisseurs avaient été payés pour la cérémonie initiale, le couple entend renouveler ses vœux en compagnie de leurs invités, dès que ce sera possible. «On va se remarier. On va refaire intégralement ce qu’on avait prévu faire», lance-t-elle, sereine.  

Journaliste

Photo courtoisie