/news/coronavirus

«Si mon petit gars attrape le coronavirus, c’est fatal», affirme le papa de Miro

Véronique Racine et Agence QMI

Le petit Miro

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Le petit Miro

Pierrick Lacroix, père du petit Miro, immunosupprimé et âgé de 9 mois, rappelle l’importance de rester à la maison et de respecter les règles du gouvernement de François Legault en cette période de pandémie de COVID-19.  

• À lire aussi: Cancer : Le parcours de guerrier de Miro, âgé de 7 mois

• À lire aussi: Le petit Miro continue de sourire

«Si mon petit gars attrape le coronavirus, c’est fatal. Non seulement, si le petit attrape une grippe, un rhume ou quoi que ce soit, ça peut être très dangereux pour sa santé et sa vie», a-t-il expliqué à l’émission Franchement dit sur QUB radio, jeudi.     

Depuis la naissance de Miro, les événements stressants et douloureux se succèdent. À deux semaines de vie, le bébé a été frappé d’une méningite bactérienne. Lors des bilans sanguins post-méningite, un deuxième diagnostic éprouvant est tombé: cancer des glandes surrénales avec des métastases dans la moelle osseuse et le foie.     

ÉCOUTEZ l’entrevue de Pierrick Lacroix, sur QUB radio:  

Cela a entraîné une série d’examens et de traitements: chimiothérapie à 2 mois, greffe de moelle osseuse et injections de cellules souches.     

«L’espèce de quarantaine qu’on vit collectivement en ce moment, bien, nous, on la vit déjà depuis la mi-janvier [...] notre vie est vraiment sur pause depuis quatre mois», a mentionné M. Lacroix.      

Ce dernier, qui doit se rendre hebdomadairement à l’hôpital avec sa conjointe, afin que l'on fasse des prises de sang à Miro, dit «être aux aguets» par peur que son fils contracte la COVID-19.     

«On entend parler beaucoup des gens vulnérables, 70 ans et plus: “restez à la maison...” Mais ça reste qu’il y a une clientèle, aussi, qui fréquente les hôpitaux pour enfants, des jeunes qui ont des traitements de chimiothérapie, qui ont été opérés dernièrement pour des problèmes cardiaques. Il y a de jeunes enfants qui sont extrêmement vulnérables dans ces circonstances-là, et ça va de soi de faire un effort, collectivement», a laissé tomber Pierrick Lacroix.