/news/coronavirus

Une dizaine de cas à la santé publique de l'Estrie

Agence QMI

Alors qu’ils sont passablement très occupés ces jours-ci, une dizaine d’employés de la santé publique en Estrie se retrouvent en congé forcé parce qu’ils ont contracté la COVID-19.

La Direction de santé publique du CIUSSS de l'Estrie assure que ces travailleurs n’ont pas été contaminés dans le cadre de leur travail. À aucun moment, ils n’ont eu à rencontrer des malades ou à manipuler des échantillons du virus en laboratoire.

«Ce sont gens qui faisaient des enquêtes épistémologiques sur les cas de COVID-19 dans la région à partir du bureau. Quelqu’un a été contaminé dans communauté et ils se sont contaminés entre eux», a expliqué Annie-Andrée Émond, porte-parole du CIUSSS, en entrevue à l’Agence QMI.

Même si la santé publique de l’Estrie se voit ainsi amputer d’une dizaine d’employés en plein cœur d’une période charnière, Mme Émond indique que les enquêtes se poursuivront au même rythme.

Les employés infectés ont tous des symptômes légers et ils devraient être en mesure de reprendre le travail après leur quarantaine de 14 jours.

Seul l’un d’entre eux continue de travailler d’ici là: le directeur de santé publique de la région, le Dr Alain Poirier.

Le Dr Poirier est asymptomatique et il peut même toujours venir au bureau.

«Il porte un masque et tout le monde respecte la distanciation de deux mètres», a insisté Annie-Andrée Émond.

Toujours par mesure de précaution, le Dr Poirier ne rencontrera plus de journaliste dans les prochains jours, même s’il est très sollicité ces jours-ci. Toutes les entrevues se feront par téléphone.

Avec 187 cas confirmés de COVID-19, l'Estrie est la deuxième région la plus touchée par l'épidémie après Montréal.

D’ailleurs, la Régie de police Memphrémagog a confirmé jeudi que deux de ses policiers étaient atteints du coronavirus.

Dans la même catégorie