/news/coronavirus

COVID-19: le Québec pourrait mieux résister à la crise

Agence QMI

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Le Québec pourrait être l’une des rares provinces canadiennes à pouvoir sortir de la crise de la COVID-19 sans trop de dommages, selon une analyse économique de la Banque TD, publiée vendredi.

• À lire aussi: Le Cirque du soleil n'exclut pas la faillite

«Dans la foulée des mesures prises pour enrayer la pandémie de COVID-19, aucune province ne sera épargnée, d’un point de vue économique, par les dommages causés par l’arrêt soudain de l’activité des principaux secteurs», peut-on lire.

Pour effectuer leurs prévisions, les auteurs de cette analyse ont supposé que les perturbations économiques liées à la crise actuelle se termineront en mai. «Les importantes pertes économiques subies de mars à avril devraient entraîner des corrections historiques du PIB réel pour l’ensemble de l’année au Canada.»

L’analyse indique toutefois que le Québec ainsi que l'Île-du-Prince-Édouard sont les deux provinces qui pourraient le mieux s’en sortir compte tenu de leur forte progression sous-jacente lorsque la crise a commencé.

Les analystes prévoient que la croissance du PIB réel au Québec serait de -3,9 % en 2020, puis de 3,6 % pour l’année 2021. À l’Île-du-Prince-Édouard, le recul prévu est de – 3,6 % cette année et de 3,4 % l’an prochain.

En comparaison, les analystes estiment que le recul du PIB en 2020 sera de 5,6 % à Terre-Neuve-et-Labrador, de 5,5 % en Alberta, de 4,6 % en Nouvelle-Écosse et de 3,9 % en Ontario. Toutes les provinces devraient toutefois être en mode croissance en 2021.

Côté chômage, les services économiques de la Banque TD estiment qu’il se situera à 7,5 % au Canada cette année, contre 5,9 % l’an prochain. Au Québec, il devrait monter à 6,5 % cette année pour descendre à 5,0 % en 2021.