/news/coronavirus

Des étudiants universitaires toujours en quête de réponses

Daphnée Dion-Viens | Journal de Québec

PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE

Même si Québec vient de faire parvenir au réseau universitaire des précisions concernant les mesures à mettre en place pendant la période de fermeture, plusieurs questions demeurent toujours sans réponse, déplorent des étudiants.  

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a fait parvenir jeudi une communication aux dirigeants du réseau universitaire concernant les orientations à privilégier d’ici la fin de la session.   

Mais l’Union étudiante du Québec (UEQ) est restée sur son appétit. «Ça n’a pas permis de répondre à aucune des questions qu’on avait», lance son président, Philippe LeBel, qui précise que son organisation reçoit plusieurs demandes provenant d’étudiants inquiets pour la suite des choses.   

Puisque chaque université est autonome sur le plan académique, les modalités entourant la poursuite de la session à distance varient d’un établissement à l’autre, ce qui crée beaucoup de confusion chez les étudiants, déplore l’UEQ.   

L’Université du Québec à Rimouski, par exemple, a plutôt décrété la fin de la session universitaire dans les cas où des évaluations ont déjà été complétées. De son côté, l’Université Laval veut transformer tous ses cours en ligne, dans la mesure du possible.   

L’UEQ aimerait plutôt que tous les établissements permettent aux étudiants de choisir l’avenue qui leur convient.   

De son côté, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, souligne que les établissements jouissent d’une grande autonomie.   

«Je pense que les balises vont assurer une cohérence dans le réseau, mais pas une uniformité, ce n’est pas ce que je souhaite [...]. Ça peut être équitable sans être égal», a-t-il affirmé au Journal.