/news/coronavirus

Deux employés d’usine atteints chez ArcelorMittal

Jonathan Tremblay | Journal de Montréal

PHOTO D'ARCHIVES

Deux employés de l'usine ArcelorMittal à Montréal, dont la poursuite des opérations est jugée essentielle par le gouvernement, ont été testés positifs à la COVID-19.  

« Un premier cas confirmé a été porté à notre attention mercredi et un second jeudi parmi les employés de notre usine de la rue St-Patrick », a confirmé hier Louis-Philippe Péloquin, porte-parole d'ArcelorMittal. 

Les deux employés infectés ne travaillaient pas ensemble, a précisé l’entreprise. Ils n'auraient pas non plus eu de contacts étroits. Une procédure de mise en quarantaine détaillée aurait été appliquée dans leur cas. Ils récupèreraient à leur domicile et se porteraient bien, nous dit-on. 

« Les activités de l’usine ont été suspendues dès la confirmation du premier cas pour procéder à une désinfection complète des installations, a affirmé M. Péloquin. Cette étape est toujours en cours et les activités entourant le redémarrage de l'usine pourront ensuite être envisagées. » 

Secteurs essentiels 

Les usines d'acier d'ArcelorMittal poursuivent leurs opérations car elles fournissent de l’acier dans certains secteurs identifiés comme prioritaires par le gouvernement du Québec, incluant la transformation alimentaire, les infrastructures stratégiques comme l'énergie, et les transports.  

Des protocoles rigoureux liés à la COVID-19 auraient été implantés depuis plusieurs semaines dans leurs installations, dont la distanciation sociale, la disponibilité de produits d’hygiène et les procédures de nettoyage. Des questionnaires seraient aussi obligatoires pour connaître l’état de santé des employés. 

Par ailleurs, l'entreprise a dû fermer temporairement l'un de ses deux complexes à Contrecoeur, en raison de la pause des activités au Québec. L'usine cessera ses activités ce week-end. ArcelorMittal s'est gardée de dévoiler le nombre d'employés affectés par cette mesure.