/news/coronavirus

Le fédéral allonge plus de 95 milliards d'aide aux PME

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le gouvernement Trudeau a débloqué plus de 95 milliards $, vendredi, dans l'espoir d'aider les petites et moyennes entreprises à éviter les mises à pied ou même la faillite avec une série de mesures saluées par l’industrie.   

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: 2000 $ par mois du fédéral : toutes les réponses à vos questions  

• À lire aussi: Les ménages canadiens très affectés par la crise de la COVID-19  

«C’est une situation complètement hors de l’ordinaire et ça exige des investissements pour aider les gens, les petites entreprises, les employeurs et surtout les travailleurs et les familles», a dit le premier ministre Trudeau dans son point de presse quotidien à sa résidence de Rideau Cottage.   

 

 

Le fédéral délie ainsi davantage les cordons de sa bourse en multipliant par sept la teneur de sa subvention salariale aux PME et en garantissant des prêts pouvant atteindre 40 000 $.   

«Les entreprises locales et les gens qu'elles emploient sont la pierre angulaire des villes et des communautés canadiennes. Il s'agit d'une mesure audacieuse et d'une bouée de sauvetage nécessaire», a applaudi le président de la Fédération canadienne des municipalités, Bill Karsten, au sujet de la subvention salariale. D’autres organisations, comme Manufacturiers et Exportateurs du Québec, déplorent toutefois un manque de détails et souhaiteraient que les grandes entreprises puissent aussi en bénéficier.   

Ottawa répond qu’il travaille déjà sur d’autres annonces à venir. On planche notamment sur des mesures visant à aider les entreprises du secteur aérien à se remettre sur pied.   

Or, le directeur parlementaire du budget prévenait, vendredi, que le déficit budgétaire risque d’atteindre les 112,7 milliards $ en 2020-2021.   

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a toutefois martelé que l’heure est à investir par tous les moyens possibles dans l’économie.   

«Ces entreprises sont les endroits où les gens vont travailler tous les jours [...] et nous voulons qu’elles traversent la crise. Nous ne nous fixerons pas de limite et nous allons faire tout ce que ça prend», a-t-il insisté.   

Même son de cloche du côté de la Banque du Canada, qui a abaissé son taux directeur pour une troisième fois en peu de temps, celui-ci s’établissant désormais à 0,25 %.   

«Nous avons besoin d’arrêter le temps, de permettre à nos experts médicaux de combatte le virus, pour ensuite relancer l’économie», a résumé le gouverneur de la banque centrale, Stephen Poloz.   

Bonification massive de la subvention salariale   

Ottawa fait passer de 10 % à 75 % sa subvention de la masse salariale des petites et moyennes entreprises. L’aide sera accessible pour une durée maximale de trois mois. Des détails sur les critères d’admissibilité devraient être dévoilés lundi et le lancement du programme devrait se faire durant les trois prochaines semaines. Le coût de cette mesure n’avait par ailleurs pas été chiffré, vendredi.   

25 milliards $ pour des prêts garantis   

Ottawa crée un programme de prêts garantis pouvant atteindre 40 000 $, le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes. Celui-ci sera mis sur pied par les institutions financières et Exportation et développement Canada. Les prêts seront sans intérêts pour un an et, s’ils sont remboursés avant le 31 décembre 2022, 25 % de la facture sera retranché.   

Report de la TPS et des frais de douanes   

Tout paiement de TPS/TVH qui était dû pour mars, avril ou mai est reporté au 30 juin. Par ailleurs, les échéances pour les frais de douane et de taxe de vente pour les importateurs sont aussi reportées. Ce répit équivaut à des prêts de 30 milliards $, selon les calculs d’Ottawa.   

Troisième baisse pour le taux directeur   

Le taux directeur est une fois de plus réduit d’un demi-point, s’établissant à 0,25 %. Il n’y a pas si longtemps, au début mars, ce dernier se hissait à 1,75 %. «Les ajustements effectués amortissent les effets des chocs en diminuant les coûts d’emprunt, a précisé la Banque du Canada. Ces efforts pour maintenir le fonctionnement du système financier aident la population et les entreprises à continuer d’avoir accès au crédit.»

Dans la même catégorie