/news/coronavirus

Suivi des enfants vulnérables: Carmant compte sur le personnel scolaire

Agence QMI

Inquiet de la baisse de signalements à la DPJ, le ministre Lionel Carmant demande aux enseignants qui vont appeler leurs élèves une fois par semaine de prendre des nouvelles de leur milieu familial.

• À lire aussi: Régine Laurent s’inquiète du bien-être des enfants

• À lire aussi: «Il faut prendre le temps de parler aux enfants»

Il compte ainsi sur le personnel scolaire pour faire le suivi auprès des enfants vulnérables dans l’espoir qu’aucun d’entre eux ne tombe à travers les mailles du filet, a-t-il indiqué en entrevue avec l’Agence QMI, vendredi, deux semaines après la fermeture des écoles pour diminuer la propagation de la COVID-19.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a transmis jeudi au réseau scolaire des précisions sur les mesures à mettre en place à partir du 30 mars, pour la période de fermeture. Parmi celles-ci, le personnel scolaire est «invité, dans la mesure du possible, à réaliser un suivi hebdomadaire auprès de leurs élèves et ce, en priorisant ceux qu’ils considèrent comme étant les plus vulnérables» par téléphone ou à l’écran, par vidéomessagerie.

Selon le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, ces appels doivent également servir à s’informer de la situation des enfants dans leurs milieux familiaux.

«C’est pour ça qu’ils appellent. C’est vraiment pour savoir, comment ça se passe chez toi, comment ça se passe avec tes parents», a-t-il insisté, au bout du fil.

Jeudi, la présidente de la Commission sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, Régine Laurent, s’est dite inquiète pour la sécurité des enfants, particulièrement les plus vulnérables, compte tenu des mesures de confinement.

Bien conscient que les mesures de quarantaine risquent d’attiser les tensions dans certains foyers, Lionel Carmant affirme que son ministère étudie l’idée de mettre en place des ressources de «répits».

«La prochaine étape c’est de voir s’il y a possibilité de donner du répit à ces familles-là? On n’est pas rendu là, mais c’est une chose sur laquelle on travaille actuellement. [...] Plus ça se prolonge, c’est une des choses qu’il va falloir considérer», affirme-t-il.

Une telle initiative doit être «bien attachée» avec les autorités de santé publique, ajoute le ministre.

Par ailleurs, Lionel Carmant invite les parents ou les enfants qui éprouvent des difficultés dans leurs foyers à contacter l’une ou l’autre des nombreuses ressources téléphoniques mises à leur disposition comme LigneParents ou Tel-jeunes.