/news/coronavirus

Valérie Plante inquiète à l'idée que Montréal soit placée en quarantaine

Myriam Lefebvre | Agence QMI

Inquiète, mais prête: la mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante, évalue différents scénarios qui pourraient mener la métropole dans une quarantaine, mais rejette l’idée d’isoler certains quartiers plutôt que d’autres.    

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: En isolement, il accumule les contraventions  

«Il se peut [que Montréal se place en quarantaine]. Je ne dis pas aujourd’hui qu’on s’en va en quarantaine et qu’on va fermer les ponts. Il faut y aller par étape et voir si on doit se rendre là», a d’abord tenu à nuancer la mairesse Valérie Plante vendredi matin à QUB radio.   

Si elle est inquiète, Mme Plante se veut tout de même réaliste face à l’état de la situation dans la métropole. «Il n’était pas question pour nous autres de dire: "on va faire l’autruche en se disant ah ben coudonc, peut-être que nous ce ne sera pas pareil [des autres grandes villes]"», a-t-elle assuré au micro de Dutrizac.    

Écoutez l'entrevue complète ici:  

Aucun quartier ne sera épargné  

Alors que Montréal compte plus de 45% des cas de contagion sur l’ensemble du Québec, c’est dans les secteurs du Centre-Ouest de l’île (Côte-Saint-Luc et Côte-des-Neiges) que l’on enregistre la plus grande propagation du virus. Toutefois, la mairesse de la Ville de Montréal croit que le niveau de vigilance est à rehausser dans chaque quartier, sans exception.   

«On ne s’en va pas vers: isoler seulement un quartier [...] Je pense qu’ils vont augmenter les mesures de confinement dans certains quartiers encore davantage ou sinon, il se pourrait que les mesures de confinement soient relevées pour toute la Ville de Montréal, car la contamination ne s’arrête pas d’un côté de la rue», a-t-elle expliqué.    

Sans porter de jugement sur les raisons qui ont mené à une telle propagation dans l’ouest de l’île, avec 42% de toutes les personnes contaminées à Montréal selon la santé publique, Mme Plante croit que les mesures n’auraient «peut-être pas été comprises ou moins bien intégrées», a-t-elle dit.   

«Le fait que l’on soit la métropole, avec 2 millions de population, je m’attendais à ce qu’il y ait des chiffres quand même importants de contamination», avait tout même prévu la mairesse.   

Inquiétudes dans divers milieux  

Valérie Plante tentera, avec le gouvernement provincial, d’arriver rapidement à des solutions pour venir en aide aux itinérants et autres communautés marginalisées de la métropole. «On est dans une situation de crise et ce sont les plus vulnérables qui en paient le prix», a-t-elle admis, sans ne pouvoir avancer aucune idée mise sur la table pour aider concrètement ces personnes à s’isoler et à éviter la propagation du virus.    

La mairesse a aussi réitéré son soutien aux commerçants et restaurateurs qui sont durement affectés par la crise. Elle rappelle qu’un fonds de 5 millions $ a été mis sur pied pour leur offrir plus de liquidités et qu’un fonds «innovation» a été instauré pour mettre en valeur des idées entrepreneuriales liées au coronavirus.    

La Ville de Montréal a par ailleurs annoncé la semaine dernière que le dernier versement des taxes était repoussé d’un mois, passant du 1er juin au 2 juillet, toujours pour aider les propriétaires d’immeubles commerciaux, mais aussi résidentiels. 

Dans la même catégorie