/news/coronavirus

Négociations de la FAE : la crise ne doit pas justifier un coup de force

Agence QMI

classroom of a daycare center without children and teacher

pololia - stock.adobe.com

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) met en garde le premier ministre François Legault quant à un coup de force dans les négociations à la faveur de la crise de coronavirus.

• À lire aussi: La vidéo touchante d’enseignants pour leurs élèves

• À lire aussi: Les profs invités à réaliser un suivi auprès des élèves chaque semaine

La FAE demande à Québec de ne pas profiter de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de la COVID-19 «pour tenter un coup de force dans le cadre de la phase exploratoire de négociation réunissant des représentants de la FAE et du Conseil du trésor», a indiqué samedi l’organisation syndicale par communiqué.

La FAE a rappelé avoir accepté une phase exploratoire étalée sur quatre semaines, à même d’identifier des «solutions concrètes» aux difficultés du corps enseignant.

«Le premier ministre François Legault doit assurer au personnel enseignant qu’il entend respecter le rythme nécessaire à la conduite de cette phase exploratoire», a déclaré le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Pour l’organisation syndicale, les conditions de travail difficiles ne disparaitront pas avec la réouverture des établissements scolaires, touchés de plein fouet par les mesures d’austérité du début des années 2010.

«De plus, la profession enseignante subit frontalement les contrecoups de la pénurie de personnel, du phénomène de désertion professionnelle, des effets de la détresse psychologique ainsi que des conséquences des départs précipités à la retraite. Les profs québécois demeurent les moins bien payés au Canada», a déploré la FAE.

Celle-ci demande la réorganisation de l’échelle salariale de manière à rattraper la moyenne canadienne, une mesure qui permettrait d’attirer et de retenir le personnel enseignant dans la profession.

«Un plan visant à permettre aux élèves de faire une mise à niveau, notamment par de la récupération et des mesures de soutien ciblées, devra être mis en place», a ajouté M. Mallette.