/news/coronavirus

VIA Rail se pliera aux nouvelles exigences liées à la COVID-19

Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

VIA Rail se pliera dès lundi aux nouvelles exigences du gouvernement fédéral en matière de transport de passagers par train.

• À lire aussi: De nouvelles restrictions de voyages annoncées par Ottawa 

• À lire aussi: COVID-19: Voici la cellule de crise du gouvernement Legault 

  

Samedi, le premier ministre Justin Trudeau, lors de son point de presse quotidien sur la COVID-19, a indiqué que les personnes qui présentent des symptômes de la maladie ne pourront plus prendre l’avion ou le train lors de déplacements à l’intérieur du Canada. La nouvelle mesure entrera en vigueur lundi.

VIA Rail a annoncé dans la foulée de l’annonce de M. Trudeau qu’elle allait mettre en place les procédures nécessaires, tel que requis.

À compter de mardi, le transporteur déplora un train par jour dans chaque direction sur les routes du Corridor Québec-Windsor. Le train reliant Senneterre à Jonquière puis Sudbury à White River se limitera à un aller-retour par semaine.

Tous les trajets entre Winnipeg et Churchill sont maintenus, tandis que ceux reliant Montréal à Halifax, Toronto à Vancouver et Prince Rupert à Prince George-Jasper sont annulés jusqu’au 1er mai.

«Depuis le début de la pandémie, VIA Rail a rigoureusement appuyé les recommandations et les directives émises par les autorités de santé publique et par le gouvernement fédéral», a indiqué Cynthia Garneau, présidente et chef de la direction de VIA Rail Canada, dans un communiqué.

Le transporteur de passagers par rail a assuré que dès ce samedi, il communiquerait avec ses clients «qui ont déjà un billet ainsi qu’avec ceux qui font de nouvelles réservations pour les informer que des contrôles de santé seront effectués par les employés de VIA Rail avant l’embarquement à bord des trains». «Il conviendra alors de poser des questions simples sur leur état de santé et de surveiller les signes visibles de maladie avant l’embarquement.»

VIA Rail a souligné que les passagers se verront refuser l’accès à bord des trains s’ils présentent des symptômes qui s’apparentent à la grippe ou au rhume (fièvre, toux, difficultés respiratoires) ou s’ils se sont vus refuser l’embarquement lors d’un voyage au cours des 14 derniers jours pour des raisons médicales liées à la COVID-19.Un refus d’embarquement restera en vigueur pendant 14 jours ou «jusqu’à la présentation d’un certificat médical confirmant que les symptômes que le voyageur manifeste ne sont pas liés à la COVID-19».