/news/coronavirus

Conducteurs infectés: les trajets de bus concernés ne seront pas dévoilés

Agence QMI

GEN-COVID-19 STM

Joël Lemay / Agence QMI

Les sociétés de transport qui découvrent qu'un conducteur d'autobus ou de métro est infecté par la COVID-19 ne dévoileront pas systématiquement aux utilisateurs les lignes sur lequel l'employé a travaillé vu le faible risque de contamination.

Vendredi soir, la Société de transport de Montréal (STM) a annoncé dans un communiqué qu'un de ses chauffeurs avait contracté le coronavirus.

Peu de temps après, sur Facebook, plusieurs internautes étaient fâchés de ne pas pouvoir connaître les lignes d'autobus sur lesquelles avait travaillé le chauffeur.

La STM a expliqué que la Direction de la santé publique a jugé les risques de contamination du chauffeur faible, ce qui explique l'absence de détails sur les lignes de bus conduits et son horaire du temps. Si le risque de propagation avait été considéré comme élevé, il en aurait été autrement, a assuré une porte-parole de la STM, Isabelle Tremblay.

La Santé publique considère que les personnes qui ont circulé près du chauffeur en question ou qui se sont brièvement retrouvées dans la même pièce que lui sont à faible risque de contracter la COVID-19.

Mercredi, le Réseau de transport de Longueuil (RTL) a aussi annoncé qu'un de ses chauffeurs a reçu un diagnostic positif de COVID-19. Là non plus, les détails des trajets du chauffeur n'ont pas été dévoilés.

La STM rappelle que plusieurs mesures ont déjà été mises en place afin de limiter les contacts entre ses chauffeurs et les usagers. Depuis le 17 mars, l'embarquement à bord des bus se fait uniquement par la porte arrière et les poteaux, sangles et poignées dans les bus sont nettoyés au quotidien. De plus, le fauteuil à l’arrière du chauffeur est laissé libre en tout temps.

Dans la même catégorie