/news/coronavirus/cavabienaller

L'adoption des chiens et chats en hausse

TVA Nouvelles

C’est une belle période pour Vicky Francoeur, coordonnatrice du refuge Adoption Chats Sans Abri (ACSA) à Québec.

• À lire aussi: La fourrure de votre animal pourrait transmettre la COVID

• À lire aussi: Dire adieu à la phobie du dentiste grâce à la zoothérapie

Depuis quelques jours, les demandes d’adoption se font nombreuses, à la grande surprise de l’organisme. 

«On a reçu une trentaine de demandes pour trois chatons qui ont été adoptés samedi dernier. C’est beaucoup. C’est beaucoup d’ouvrage aussi!», s’exclame Mme Francoeur à la caméra de TVA Nouvelles.

Les refuges et les animaleries constatent une hausse des demandes d’adoption de chats et de chiens à l’heure actuelle.

«Il y a quand même des gens qui s'interrogent, à savoir si on n'a pas des chiens à vendre, aussi, un peu comme je vous disais tantôt, pour des chatons également. La demande est toujours forte. À ce moment-là, on les dirige vers des éleveurs», explique Paul Latendresse, propriétaire de l’animalerie Boutique tropicale.

Avoir un animal de compagnie permet également de briser l'isolement et de se changer les idées.

Ça vient nous apaiser et ça diminue le stress. Ces temps-ci, je pense qu'il y a beaucoup de gens pour qui le niveau de stress augmente beaucoup», croite la zoothérapeute Josée Quevillon.

Par contre, une question se pose: les gens garderont-ils leurs animaux après le confinement?

«Il faut bien s'assurer que les gens sont prêts à continuer avec le chat après la COVID-19» rappelle Mme Francoeur. 

«C'est sûr que, présentement, ça apaise, ça fait du bien. Mais il faut s'assurer qu'après, on a encore du temps pour cet animal-là», conclut Mme Quevillon.

La SPA de Québec, quant à elle, enregistre une légère diminution des abandons.