/news/coronavirus

Une fête familiale finit par contaminer 17 aînés dans une résidence

Agence QMI

Anniversaire

monsieur_c - stock.adobe.com

La région de l'Estrie, la deuxième plus touchée par la COVID-19 avec près de 300 cas, ne compte pourtant qu'environ six arbres de contagion.

• À lire aussi: Un Walmart de Sherbrooke ferme en raison de la COVID-19  

• À lire aussi: Protection du personnel: les syndicats s’impatientent  

Au fil de ses enquêtes, la direction de la santé publique de l'Estrie est notamment parvenue à établir un lien entre l'éclosion de la maladie au Manoir Sherbrooke - une Résidence Soleil où 17 aînés avaient contracté la COVID-19 en date de dimanche - et une simple fête tenue dans la municipalité de Racine au début de la pandémie.

Tout a en effet commencé par un voyageur de retour au pays qui a participé à une fête familiale à Racine. Sans le savoir, «il a contaminé pratiquement toute sa famille», a raconté le directeur de la santé publique de l'Estrie, le Dr Alain Poirier, en entrevue avec l'Agence QMI.

L'un des participants à cette fête a ensuite amené la maladie dans une entreprise de cette communauté. De là, une autre personne l'a contractée et l'a amenée au Manoir Sherbrooke en allant rendre visite à un proche, a poursuivi le médecin.

À la fin, un seul voyageur s'est donc retrouvé à être la source de dizaines de contaminations, incluant 20 personnes à Racine et 17 à la résidence pour aînés.

De l'Autriche à Granby

Les enquêtes de la santé publique de l'Estrie ont permis de tracer une demi-douzaine d'agrégats du même genre.

Dans un autre cas similaire, une éclosion de la COVID-19 à l'urgence de l'hôpital de Granby a pu être liée à des citoyens de Bromont qui revenaient d'un voyage de ski en Autriche. «On n'a pas pu mettre en isolement toutes les personnes en contact [avec les malades]. Sinon, on aurait manqué de monde à l'urgence», a raconté le Dr Poirier.

Grâce à ces enquêtes, la direction de la santé publique assure ne pas pouvoir pointer une ville du doigt en disant de l'éviter à tout prix. Il n’est donc pas pensable pour le moment d'imposer des mesures supplémentaires pour une ville ou un quartier précis.

35 cas à la direction de la santé publique

Ironiquement, l'un des principaux agrégats de patients en Estrie se trouve justement à la direction de la santé publique, où 35 personnes ont reçu un diagnostic positif à la COVID-19. De plus, plusieurs employés ne veulent plus travailler dans l'édifice qui doit être décontaminé, par crainte de contracter le virus.

«Ça fait un gros trou dans notre planification des ressources humaines», a laissé entendre le Dr Poirier, en précisant que son organisation tente de réajuster le tir en délocalisant ses activités et en misant sur le télétravail.

Il faut dire que les contacts fréquents entre les employés pourraient avoir joué un rôle dans la propagation du virus. «On est amené à collaborer, à se passer des dossiers, ce qui n'a probablement pas aidé», a reconnu le directeur de la santé publique.

Selon les dernières données disponibles, on dénombrait 296 patients infectés par le coronavirus, dont 95 dans le réseau local de service de Sherbrooke et 66 dans celui de la Haute-Yamaska, qui inclut Bromont.