/finance/homepage

Couche-Tard augmente le salaire de ses employés

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Québec

Photo d'archives

Alimentation Couche-Tard emboîte le pas d’autres entreprises et augmente le salaire de ses travailleurs de 2,50 $ de l’heure. Par ailleurs, le détaillant se prépare à faire face à tous les scénarios, notamment la mise en quarantaine de villes. La direction a envoyé une preuve de travail à ses employés.  

«En raison des fermetures de commerce et des directives de confinement qui se resserrent, nous avons fourni une preuve d’emploi aux employés des magasins Couche-Tard afin de s’assurer qu’ils puissent se déplacer vers leur lieu de travail sans problème», note la porte-parole Laurence Myre Leroux.   

Cette dernière précise que son organisation a pris cette initiative afin d’être proactive. Elle assure qu’il ne s’agit pas d’une demande du gouvernement.  

La lettre, dont Le Journal a obtenu une copie, a été envoyée la semaine dernière aux travailleurs de la chaîne de dépanneurs au Québec.  

Au cours des derniers jours, la multinationale a également resserré ses mesures de sécurité afin de limiter la propagation de la COVID-19, notamment celles relatives à la salubrité des aliments et des boissons.  

En plus de la prime de 2,50 $ au taux horaire de base pour les employés en Amérique du Nord, la direction de Couche-Tard et Circle K a aussi pondu un plan d’urgence d’indemnités en cas de maladie.  

Walmart Canada, Dollarama, Loblaw, Sobeys et Metro ont également dernièrement bonifié le salaire de leurs employés.  

Ouverture le dimanche  

Lundi, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé la fermeture de la majorité des commerces le dimanche. Cette mesure exclut toutefois les stations-services, les pharmacies et les dépanneurs.   

Pour l’Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ), il s’agit d’une bonne nouvelle.  

Le directeur général, Yves Servais, précise au Journal que certains détaillants ont vu chuter considérablement leur chiffre d’affaires depuis que Loto-Québec a suspendu ses ventes de loteries.  

«Depuis le début de la COVID-19, il y a des dépanneurs qui ont perdu pas loin de 50 % de leur chiffre d’affaires. Cette décision est un baume pour certains détaillants», souligne-t-il. «On est prêt à prendre la relève pour les dimanches. C’est le temps pour les dépanneurs de prévoir une plus grande quantité de produits alimentaires et de boissons alcooliques», conclut-il.