/news/coronavirus

La communauté juive de Boisbriand en quarantaine stricte

TVA Nouvelles et Agence QMI

Le nombre de personnes infectées à la COVID-19 au sein de la communauté juive hassidique Kyrias Tosh de Boisbriand a bondi lundi avec la divulgation de résultats de tests de dépistage.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: Voici comment savoir si vous souffrez de la COVID-19  

Dix de plus que dimanche  

«Nous avons conduit des tests au volant la semaine dernière. Sur 89 tests, 24 sont revenus positifs», a précisé le porte-parole de la communauté juive orthodoxe Tosh, Issac Weiss, à TVA Nouvelles, en dressant le bilan de cette opération, lundi.  

M. Weiss assure que la communauté avait déjà agi pour contrer cette menace, bien avant que la santé publique de Laurentides intervienne, en mettant des affiches, en disant aux gens de ne pas voyager et de bien se laver les mains.  

La communauté avait décidé de se placer en quarantaine dimanche dans la journée, une mesure qui a été renforcée par une ordonnance de la Direction de la santé publique des Laurentides, en soirée, en raison d’une éclosion de COVID-19.  

Collaboration étroite  

En conférence de presse lundi matin, la mairesse de Boisbriand a souligné que la collaboration était bonne avec cette communauté qui vit dans un quartier distinct. La police locale ainsi que la santé publique du Québec ont aussi transmis ce même message. «Je veux rassurer l’ensemble de nos citoyens», a précisé Marlene Cordato, lundi matin.  

Elle a souligné que c’était la communauté juive qui a pris l’initiative de s’autoconfiner dans son secteur depuis dimanche à la suite de la divulgation de premiers cas positifs au COVID-19 chez ses membres.  

«Ils nous ont donné une collaboration vraiment extraordinaire», a dit le directeur de la santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, le Dr Éric Goyer, en conférence de presse, lundi.  

Pourim en cause  

Comptant environ 4000 personnes, cette communauté a donc décidé dimanche de mettre en confinement tout le quartier où elle est regroupée, qui se trouve dans un secteur distinct du reste de Boisbriand, au nord de Montréal.  

Les policiers de la Régie de police Thérèse-de-Blainville ont prêté main-forte aux Shomrims, le corps de sécurité de la communauté pour barrer les deux accès au quartier. Cette initiative permet d’empêcher les quelques récalcitrants orthodoxes qui ne prenaient pas les mesures de confinement au sérieux de se promener.  

Personne ne pourra sortir ou entrer dans le quartier pendant 14 jours, sauf pour urgence médicale ou pour fournir des services essentiels.  

C’est la célébration d’une des fêtes juives les plus populaires qui est à l’origine de la propagation à cet endroit.  

De nombreux membres de Tosh ont été visiter de la famille à New York pour la fête de Pourim les 9 et 10 mars dernier. Or, la métropole américaine est un des foyers d’infection de la COVID-19 aux États-Unis. Ces juifs ont donc ramené le virus chez eux à la suite de ce voyage.  

Puisque les familles sont très nombreuses, qu’elles se côtoient dans des synagogues ou pour d’autres événements, le virus était en terrain fertile pour se propager.  

Des mesures pour imposer la distanciation sociale ont depuis été instaurées dans la communauté. M. Weiss assure que les écoles et les synagogues ont été fermées lorsque le gouvernement du Québec en a donné l’ordre.