/news/culture

Le metteur en scène Dominic Champagne atteint de la COVID-19

TVA Nouvelles

Photo Jean-François Desgagnés

Le metteur en scène Dominic Champagne a annoncé lundi être atteint de la COVID-19.

Il a publié un long message sur ses réseaux sociaux pour expliquer comment il a pu être en contact avec le virus.

«Ça y est, cinq jours après le test, passé à la place des festivals, la santé publique par la voix d’une jeune femme pleine d’intelligence et de bonté vient de me confirmer positif, c’est à dire porteur du virus selon l’appellation, covidien, covidieux ou covidiant pour ne pas dire coronarien!», a-t-il écrit.

Le militant écologiste à l’origine du Pacte détaille ensuite longuement tous ses déplacements en famille depuis son retour de la relâche qu’il a passée dans sa «maison de campagne sur le bord du fleuve».

Dominic Champagne raconte aussi comment il s’est senti après l’apparition des premiers symptômes s’apparentant à la COVID-19.

«Vague écoulement au nez et à la gorge, vague toux, les bronches vaguement engorgées, mais rien d’alarmant et surtout rien qui s’apparentait clairement aux symptômes que l'on pouvait connaître du virus et puis, peu à peu, une fatigue physique croissante, une sensation de fièvre sans faire de température, courbatures de plus en plus présentes, maux de tête, mal de dos, léthargie de plus en plus prenante qui compromet bientôt les pratiques quotidiennes de yoga», écrit-il.

«Visiblement, de jour en jour quelque chose se passait qui ne passait pas et malgré nos appels répétés au téléphone de la santé publique, chaque fois le protocole communiqué par quelques anges gardiens concluait que nous n’étions pas atteints par ledit virus.»

Il ajoute que ce n’est que 10 jours après l’apparition de premiers symptômes et s’être «obstiné» que lui et sa famille se sont présentés à la clinique sans rendez-vous où ils ont passé le test.

Les résultats sont tombés cinq jours plus tard.

Il conclut son message en remerciant notamment le personnel soignant du Québec.

Je tiens à saluer tous et toutes les braves qui se dévouent pour nous. Le monde de la santé, à commencer par le bon Horacio Arruda et notre premier ministre qui agit avec l'étoffe des grands. Saluer aussi ceux qui nous nourrissent et tous ceux et celles qui sont déjà à l’œuvre pour guérir le monde où nous vivons et nous avec lui. Visiblement ces jours étranges sont une occasion plus que jamais de distinguer l’essentiel de l’accessoire.»