/news/coronavirus

Nouvelle plateforme pour l’école à la maison

Agence QMI

Québec a dévoilé lundi une nouvelle plateforme web éducative destinée aux élèves confinés à la maison en raison de la suspension des classes pour limiter la propagation de la COVID-19.      

• À lire aussi: Commerces et épiceries fermeront les dimanches  

« L’école ouverte » est un site internet qui répertorie plusieurs ressources déjà existantes selon les niveaux différents scolaires.    

De nouveaux contenus seront ajoutés chaque semaine, a indiqué le cabinet du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.   

Quelques heures seulement après sa mise en ligne, cette plateforme gouvernementale surpassait déjà les 25 millions de clics, selon l’information obtenue par TVA Nouvelles.   

Des ajouts permettant de retrouver plus facilement des activités destinées aux élèves aux besoins particuliers doivent également être rendus disponibles prochainement.    

«Cette nouvelle initiative, conjuguée aux suivis hebdomadaires qui seront effectués par les membres de l'équipe-école auprès de l'ensemble des élèves et aux suivis des différentes ressources professionnelles auprès des élèves vulnérables, permettra de maintenir les acquis des élèves et de continuer à stimuler leurs apprentissages», a expliqué le cabinet du ministre Roberge.    

Ces activités ne sont pas obligatoires et ne peuvent faire l'objet d'évaluations, rappelle également le cabinet du ministre Roberge, qui a cependant noté en entrevue avec TVA Nouvelles que l’usage de la plateforme est «fortement recommandé».  

  

Pour qui n’aurait pas un ordinateur, une tablette ou un téléphone intelligent disponible à la maison, Québec a assuré qu’un suivi serait effectué par téléphone ou par la poste « pour qu’aucun élève ne soit laissé derrière.»   

Pour accéder à cette nouvelle plateforme, vous pouvez cliquer sur le lien: ecoleouverte.ca  

Du côté des cégeps, les cours en ligne ont repris par l’entreprise de la plateforme Omnivox. Pour l’heure, les sessions sont censées reprendre le 4 mai, une date pour le moins incertaine qu’ajustera la Santé publique, au besoin.   

Tous les scénarios sont sur la table pour une reprise officielle en mai, en juin ou en septembre. Lesdites sessions ne sont, à l’heure actuelle, pas compromise.