/news/coronavirus

Un vol de rapatriement inquiétant

TVA Nouvelles

Des Québécois qui ont récemment été rapatriés du Pérou, à bord d’un vol d’Air Canada assurant la liaison Lima-Toronto, se posent plusieurs questions sur le manque de mesures pour prévenir la propagation de la COVID-19.     

• À lire aussi: De nouveaux vols de rapatriement annoncés  

• À lire aussi: De nouvelles restrictions de voyages annoncées par Ottawa  

«J'attendais de voir quand est-ce qu'on allait prendre notre température, qu'on allait vérifier si on n'était pas malades ou quelque chose. Et, non, ça ne s'est pas fait, jamais, jamais, jamais», raconte Gabriela-Maude Therrien, qui était à bord de l’avion en compagnie de son conjoint et de leurs deux enfants.     

Elle se souvient d’ailleurs que des passagers qui se trouvaient à bord de l’autobus qui les a transportés jusqu’à l’aéroport semblaient éprouver des symptômes de la COVID-19.     

«Il y avait un monsieur à côté de nous qui n'avait vraiment pas l'air bien, dit-elle. Il toussait, mais il ne voulait pas le montrer. Je comprends! Il avait peur, j'imagine, de se faire dire qu'il ne pouvait pas embarquer».     

Après avoir constaté que les tablettes, installées derrière les sièges d’avion, étaient sales, Gabriela-Maude Therrien s’est aussi demandé à quel point l’avion avait bien été nettoyé en cette période de pandémie.     

Capture TVA Nouvelles

  

«On est en temps de coronavirus et la tablette est dans cet état-là. Comment est-ce que l'avion a été nettoyé?», questionne-t-elle.     

Une autre passagère de ce vol a constaté les mêmes lacunes.     

«La grosse lacune, quant à moi, a été avant, dans l'autobus pour se rendre à l’armée, affirme Jade Castonguay. Et ensuite, il n'y a pas eu de prise de température, pas de questionnements».    

La responsabilité du transporteur    

Le ministère des Affaires étrangères indique que c'est la responsabilité du transporteur de questionner tous les voyageurs sur leur état de santé avant l'embarquement. S'il n'applique pas ces mesures, le transporteur s'expose à des amendes.     

Par courriel, Air Canada a dit se conformer «à toutes les exigences établies par la loi et la réglementation en vigueur».     

L’entreprise précise que «les compagnies aériennes ne sont pas tenues de prendre la température des passagers».    

- D’après les informations d’Elizabeth Laplante