/news/coronavirus

Fermeture des frontières : Baisse de 53 % du trafic aérien à l'aéroport Montréal-Trudeau

Guillaume Pelletier | 24 heures

Sébastien St-Jean / Agence QMI

L'aéroport Montréal-Trudeau a connu une baisse de 53 % de son trafic depuis le 18 mars en raison des mesures restrictives mises en place par le gouvernement Trudeau pour contre la propagation du coronavirus.

• À lire aussi: De nouveaux vols de rapatriement annoncés

• À lire aussi: Des Québécois coincés en Inde craignent pour leur vie

• À lire aussi: Les sociétés de transport du Grand Montréal réduisent leurs services

Depuis l'annonce de la fermeture des frontières aux visiteurs les 17 et 18 mars, l'aéroport a observé une importante baisse de son trafic aérien par rapport à la même période l'an dernier. 

En mars 2019, l'aéroport avait enregistré plus de 20 000 mouvements aériens.

Aéroport de Montréal (ADM) s'attend à une diminution de 67 % de son achalandage au mois d'avril comparativement à la même période l'an dernier selon les derniers horaires reçus.

Plus tôt lundi, Air Canada a annoncé une réduction de sa capacité de l'ordre de 90 %. La compagnie aérienne devra mettre à pied plus de 16 000 travailleurs en avril et en mai.

Plaintes pour bruits partiellement traitées

Par ailleurs, Aéroport de Montréal (ADM) n’accepte plus, depuis le 24 mars, les plaintes liées aux bruits des aéronefs qui lui sont acheminées par courriel en raison de l’épidémie de COVID-19, a déploré l’association Montréal-dB dimanche.

ADM a mis fin, par la même occasion, à sa coopération avec AÉROplainte, un logiciel pour téléphone intelligent conçu par l’organisme pour faciliter le dépôt de plainte. 

«C’est la manifestation la plus triste de l’opportunisme des entreprises, s’est désolé Bill Mavridis, de Montréal-dB. ADM utilise la crise de la COVID-19 pour étouffer le nombre de plaintes qu’elle reçoit en mettant fin à sa collaboration avec AÉROplainte sans même consulter son propre Comité consultatif sur le climat sonore.»

Aéroport de Montréal réfute de son côté toute accusation sur le fait qu’elle profiterait de la situation actuelle. 

«Les plaintes qui sont soumises avec WebTrak ainsi que le formulaire web (site web d'ADM et version mobile) continueront d’être compilées, car ces systèmes sont automatisés», explique pour sa part la directrice des affaires corporatives et des relations médias, Anne-Sophie Hamel.

Cette dernière tient à rappeler que le gouvernement du Canada a désigné l’aéroport Montréal-Trudeau la semaine dernière comme l’un des quatre aéroports canadiens autorisés à recevoir les aéronefs provenant d’outre-mer. 

«La priorité d’ADM est de collaborer à l’opération sans précédent de rapatriement des Canadiens se trouvant à l’étranger», souligne Mme Hamel.