/news/coronavirus

«Je pleurais dans mon masque. À quel point j’étais protégée?»

TVA Nouvelles

Micheline Sauriol est demeurée plus de 30 heures au chevet de sa mère mourante. Gisèle Roy-Sauriol, 92 ans, a été emportée par la COVID-19 au Centre d’hébergement de LaSalle. Mme Sauriol raconte la dure épreuve.   

• À lire aussi: 11 cas dont un décès au CHSLD LaSalle  

• À lire aussi: Voici les cas de COVID-19 dans chaque arrondissement à Montréal  

La nonagénaire était autonome, mais depuis un séjour au centre hospitalier, elle était en convalescence au CHSLD. Jeudi matin, Mme Roy-Sauriol est déclarée positive au coronavirus. En détresse respiratoire, elle est transportée d'urgence à l’Hôpital général juif de Montréal.    

Malheureusement, la COVID-19 a déjà gagné la bataille et les médecins retournent la dame âgée au Centre d’hébergement où une aile est isolée et aménagée pour les victimes du coronavirus.   

Deux cents personnes âgées résident au Centre d’hébergement de LaSalle. Des cas sont déjà déclarés quand Gisèle Roy-Sauriol vient y terminer ses jours.    

«Tout le monde courrait partout devant l’inconnu. On entendait tout le monde tousser. C’est triste de voir que les personnes âgées sont un peu laissées à elles-mêmes. Cette soirée-là (quand elle s’est rendue voir sa mère), il n’y avait que deux personnes pour prendre soin de 34 personnes dont 4 ou 5 infectées par la COVID», raconte Micheline Sauriol au téléphone à notre journaliste Marie-Anne Lapierre.   

«J’ai passé plus de 30 heures, avec le même masque, les mêmes gants. À quel point j’étais protégée quand dans le fond, je pleurais dans le masque qui était mouillé», se questionne Mme Sauriol qui est depuis en isolement chez elle.   

En date d’aujourd’hui, 11 cas sont confirmés au CHSLD où Mme Roy-Sauriol est décédée et 10 autres sont en attente des résultats d’analyse.   

Micheline Sauriol demande de l’aide pour le personnel du Centre d’hébergement de LaSalle qui est débordé et qui ne peut plus compter sur les bénévoles et les familles.   

«Nos personnes âgées ont fait beaucoup pour la société. Les laisser toutes seules comme ça, je trouve ça triste», déplore la femme endeuillée.