/news/politics

L'Alberta investit 1,5 milliard $ dans l'oléoduc Keystone XL

Agence QMI

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, était de passage à Ottawa, le jeudi 2 mai 2019, pour rencontrer le premier ministre Justin Trudeau. CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

PHOTO D'ARCHIVES

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, était de passage à Ottawa, le jeudi 2 mai 2019, pour rencontrer le premier ministre Justin Trudeau. CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Songeant déjà à l'après-pandémie, le premier ministre Jason Kenney a annoncé, mardi, un investissement majeur dans le projet d'oléoduc Keystone XL afin que la construction de l'oléoduc puisse reprendre «dès demain».

• À lire aussi: L'Alberta annonce des mesures fiscales pour aider ses entreprises

La province s'est entendue avec le promoteur du projet, TC Energy Corporation (anciennement TransCanada), pour investir 1,5 milliard $ dans Keystone XL afin que les travaux puissent reprendre. Un prêt garanti de 6 milliards $ suivra en 2021.

L'annonce de mardi survient alors que le prix du baril de pétrole issu des sables bitumineux a atteint un minimum historique, cette semaine, en se négociant sous la barre des 4 $, soit le prix de deux cafés.

«Ça va être long avant que les prix reviennent à la normale, mais, inévitablement, ils reviendront à la normale», a toutefois jugé le premier ministre Kenney.

Pour cette raison, M. Kenney estime nécessaire d'investir dans l'industrie pétrolière. En point de presse mardi après-midi, il a expliqué que le monde doit avoir accès aux réserves pétrolières canadiennes, qu'il a qualifiées de «stables» et «démocratiques». L'investissement «va permettre aux sables bitumineux de continuer à être une réserve d'énergie stable pour le monde», a-t-il soutenu.

«Nous ne permettrons pas aux pires nations du monde d'avoir un monopole sur le marché de l'énergie», a renchéri le premier ministre.

Longtemps repoussé tant au Canada qu'aux États-Unis, où il avait été rejeté par l'administration de l'ancien président Barack Obama, le projet Keystone XL doit permettre d'envoyer environ 840 000 barils de pétrole par jour vers les raffineries du golfe du Mexique. Sa construction générera environ 7000 emplois directs et indirects en Alberta et devrait s'achever à l'été 2023.

Le gouvernement albertain estime que Keystone XL lui rapportera 30 milliards $ en redevances.

«On ne peut pas se permettre de perdre une autre saison. On doit commencer dès maintenant [les travaux]», a affirmé M. Kenney

«Nous croyons que c'est notre dernière chance de réaliser un projet majeur d'oléoduc», a-t-il ajouté, faisant référence aux murs auxquels se sont heurtés d'autres projets comme Trans Mountain ou Énergie Est.

Le premier ministre albertain, dont la province souffre depuis des années en raison de la faible valeur du baril de pétrole, a aussi affirmé qu'un vaste plan d'aide est dans les cartons pour relancer l'économie en diversifiant cette dernière après la pandémie de COVID-19.