/news/coronavirus

Le pic de la COVID-19 attendu après Pâques

TVA Nouvelles

Alors que les équipes de la province s’attendaient à combattre de plein fouet le pic de la COVID-19 cette semaine, la Dre Diane Francoeur, médecin spécialiste et présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), a plutôt affirmé que cette vague devrait être attendue après Pâques, soit après le 12 avril.    

• À lire aussi: Une pénurie de certains équipements d'ici 3 à 7 jours  

• À lire aussi: Près de 2000 cas à Montréal : la liste des arrondissements touchés  

«On pensait que la grosse vague serait cette semaine, mais on a appris ce matin au ministère de la Santé que ce sera plutôt après Pâques. La bonne nouvelle, c’est qu’on a deux semaines de plus pour se préparer», a mentionné Dre Francoeur sur les ondes de LCN.    

  

  

Une pénurie de masques en vue?   

En revanche, un autre problème inquiète désormais les professionnels en soins, soit l’approvisionnement en masques.    

Ce matin, le premier ministre François Legault annonçait dans la même veine que le Québec pourrait manquer de certains équipements «d’ici 3 à 7 jours».    

 

 

«J'espère que la réponse de M. Legault demain ne sera pas qu'il reste 2 à 6 jours» déplore Dre Francoeur, qui indique qu'il est primordial de trouver des masques à l'heure actuelle.   

«La semaine dernière, on a utilisé autant de masques N95 que dans toute une année au Québec. Il faut vraiment resserrer la vis, respecter la consigne que ceux qui sont au front aient un masque de chirurgie ou de procédure» rappelle Dre Francoeur, en martelant que seuls les professionnels ayant un contact direct avec les voies respiratoires devraient porter un masque de type N95.    

Pas de chirurgies «non essentielles»   

Dans le but d'utiliser le moins de matériel possible en attendant les commandes de masques, Diane Francoeur a réitéré qu'il était nécessaire dans les circonstances d'annuler toutes les chirgurgies électives et ainsi prioriser les chirurgies urgentes.   

«Ce matin, quand on a su qu'on pouvait manquer d'équipement rapidement, on a pris le taureau par les cornes. On a envoyé des directives claires: demain matin, tous les chirurgiens auront la directive d'annuler toutes les chirurgies non urgentes. En attendant, comme on a du temps, on les envoie se reformer en réanimation par exemple» explique Dre Francoeur.   

Cette dernière mentionne que les dernières mises à jour du gouvernement Legault impliqueront diverses mises à niveau et formations auprès du personnel pour «être encore plus prêts».