/news/coronavirus

Privés de bain pendant trois semaines à cause de la COVID-19

Pierre-Paul Biron | Le Journal de Québec

CHSLD Saint Jean Eudes

Photo Simon Clark

Des résidents du Centre d’hébergement Saint-Jean-Eudes de Québec ont été privés de bains pendant trois semaines après que la direction ait mal interprété ce qu’elle croyait être une directive ministérielle. Le ministère de la Santé assure qu’aucune limitation de ce genre n’a été imposée malgré la COVID-19.   

• À lire aussi: Six nouveaux décès et 732 cas supplémentaires au Québec 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus 

• À lire aussi: 11 cas dont un décès au CHSLD de LaSalle 

C’est une résidente du centre hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) qui a sonné l’alarme sur le malentendu qui dure depuis le 12 mars.   

«Ça en est quasiment de la maltraitance à un moment donné», déplore-t-elle, affirmant avoir demandé à plusieurs reprises que la direction revoie ses méthodes. «Ils répétaient toujours que ça vient du ministère, sans donner plus de détails».   

La femme, qui assure comprendre le contrôle des allées et venues dans la résidence en raison de la COVID-19, s’explique mal où se trouve le risque si les précautions nécessaires sont prises entre les usagers.   

«Le virus ne sautera pas de l’eau non plus. [...] Déjà que un bain par semaine, ce n’est pas beaucoup, s’il faut en plus qu’on n’en ait pas le temps que ça passe, c’est difficile à accepter», soupire la résidente de l’endroit, à qui on aurait même demandé de lâcher le morceau.   

«Ils m’ont dit d’arrêter de parler des bains, de changer de cassette», s’indigne la femme.   

Un bain complet... à la débarbouillette   

Confrontée par le Journal, la direction de l’établissement n’a pas nié avoir arrêté les bains de ses résidents. «Le personnel infirmier donne un bain complet au lit», souligne Mario Bolduc, directeur des soins de l’endroit, précisant que la mesure consiste à laver le bénéficiaire à la débarbouillette.   

«Suite au coronavirus, on nous a demandé d’éviter les déplacements. On a eu des recommandations du ministère par rapport à ça», ajoute Nicolas Labrèche, directeur adjoint du centre Saint-Jean-Eudes.   

Le hic, c’est que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a de son côté indiqué n’avoir jamais demandé l’arrêt des bains. Après une double vérification, la direction a assuré «qu’aucune directive n’a été donnée en ce sens».   

«Les soins et services essentiels sont maintenus, les bains et soins corporels en font partie», insiste Robert Maranda, porte-parole du MSSS.   

Même son de cloche du côté du CIUSSS Capitale-Nationale où les bains sont maintenus.   

Malentendu  

La direction du Centre d’hébergement Saint-Jean-Eudes indique avoir pu mal interpréter les indications remises par le ministère. Un document a bel et bien été remis aux centres d’hébergement le 12 mars, mais ce dernier se voulait un guide d’orientation présentant divers scénarios à prévoir plutôt que des directives à suivre immédiatement a appris le Journal.  

Nicolas Labrèche assure n’avoir jamais voulu priver les résidents de quoi que ce soit. «On voulait seulement respecter ce qu’on croyait que la Santé publique demandait», explique le directeur adjoint, qui précise avoir contacté le ministère de la Santé pour clarifier la situation.  

Mardi matin, le directeur de la résidence a confirmé au Journal que le ministère avait demandé la reprise du service. «On a rapidement rencontré nos équipes ce matin (mardi) et les bains vont reprendre aujourd’hui sans faute», assure M. Labrèche, qui garantit avoir les ressources nécessaires.  

«Nous avons le personnel pour le faire et je suis de ceux qui considèrent que le bain est très important», indique le dirigeant, plaidant l’erreur de bonne foi.  

Le ministère responsable des Aînés et celui de la Santé ont tous deux insisté pour que les bains soient maintenus dans l’ensemble des centres d’hébergement de la province à moins d’indication contraire. 

Dans la même catégorie