/finance/homepage

Que faire avec vos hypothèques?

TVA Nouvelles

La dernière fois que la Banque du Canada a affiché un taux directeur d'un quart de point, c'était juste après la crise de 2008.  

Mais cette fois, les banques ont dû s'ajuster à une chute brutale; du jamais vue avant jeudi dernier. 

Ainsi, les institutions financières s’adaptent en modifiant leurs taux préférentiels. La plupart d’entre elles l’ont diminué à 2,45%, indique Denis Doucet chez Multi-Prêts hypothèques.  

Vous trouverez donc sur le marché des hypothèques, des taux variable de 2,04 à 3,04%, un taux fixe sur trois ans à 2,49 et sur 5 ans à 2,79. 

Résultat : les taux fixes ont maintenant beaucoup plus d'attraits. 

«En ayant la Banque du Canada à 0,25, les baisses de taux ne seront pas très fréquentes, c'est plutôt des hausses de taux qui vont arriver, donc la sécurité va peut-être nous dicter d'aller plus vers un fixe quitte à le prendre pour une moins longue période que cinq ans», explique M. Doucet. 

Évidemment, le marché immobilier subit les contrecoups de cette crise.  

Après une effervescence sans précédent durant les 24 derniers mois. 

De plus, les ventes ont diminué de 10% la semaine dernière et les inscriptions de 50% par rapport à l'an dernier. 

«Les gens ont pesé sur le "break" d'urgence», affirme Dominic Saint-Pierre, vice-président et directeur général au Québec chez Immobiliers Royal LePage. 

L'Ordre professionnel des courtiers (OACIQ) aimerait bien pouvoir faire partie des services essentiels afin d'aider les acheteurs et les vendeurs qui doivent absolument se loger dans les prochains mois. 

«Je ne pense pas que ce serait mieux pour la collectivité aussi que les gens aillent se relocaliser temporairement chez des amis ou dans un habitat temporaire», croit M. Saint-Pierre. 

Enfin, si vous êtes en manque de liquidité, ça reste une bonne idée de prendre l'offre des banques qui permettent de reporter vos paiements même si ce n'est pas gratuit. 

«Si vous avez l'argent, moi, je vous conseille de payer vos paiements hypothécaires parce que si vous retardez, votre intérêt capital que vous n'avez pas payé va s'ajouter sur votre hypothèque, donc ça va juste retarder le temps que vous allez payer votre maison», explique le chroniqueur immobilier Ghislain Larochelle. 

Lueur d’espoir cependant, tout le monde croit à une reprise rapide du marché à moins que la crise s'éternise.

Dans la même catégorie