/news/coronavirus

Un féminicide qui ravive l’inquiétude sur la «cohabitation forcée»

Agence France-Presse

Une Sicilienne a été étranglée mardi par son compagnon, un « féminicide » qui ravive en Italie les inquiétudes pour les femmes victimes de violence, contraintes à une « cohabitation forcée » induite par le confinement.  

• À lire aussi: Stressés, au bord du gouffre, demandez de l'aide

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Le crime s’est produit à Furci Siculo dans le département de Messine, et c’est son auteur qui a appelé les carabiniers pour se dénoncer, selon les médias italiens.  

La victime, 27 ans, était inscrite comme son compagnon à la faculté de médecine de Messine.  

Avant d’appeler les carabiniers, le meurtrier a tenté de se suicider, mais leur arrivée lui a sauvé la vie.  

Selon le recteur de l’université Salvatore Cuzzocrea, où étudiait le couple, cette tragédie est liée à la « situation de crise que nous vivons en ce moment ». « Les experts avaient mis en garde contre le risque que la cohabitation forcée n’accentue les conflits familiaux ».  

La présidente de la commission Féminicide du Sénat, Valeria Valente, a dénoncé « le énième féminicide survenu dans un foyer, où la crise du coronavirus nous impose de rester ».  

« Demandez l’éloignement de ceux qui peuvent vous faire du mal ou en dernier recours éloignez-vous, y compris avec vos enfants », a-t-elle lancé, en rappelant le numéro d’urgence mis à disposition pour ce genre de situations.  

La semaine dernière, la ministre italienne de l’Égalité hommes-femmes et de la Famille Elena Bonetti avait souligné la nécessité de trouver des maisons-refuges pour les femmes victimes de violences, contraintes de cohabiter avec leurs compagnons violents en raison des mesures de confinement imposées par le gouvernement pour lutter contre la diffusion du coronavirus. 

 

AFP

Dans la même catégorie