/news/coronavirus

Dur, dur de trouver de l’eau de javel

Geneviève Quessy | Journal de Montréal

Crédit photo: Geneviève Quessy

Malgré les tablettes vides dans les magasins, les fabricants se font rassurants. La production d’eau de javel continue et il ne devrait pas y avoir de pénurie.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

Le Journal a fait le tour d’une dizaine d’épiceries et de pharmacies de Montréal et des banlieues pour constater que les étagères où se trouvent normalement les bidons d’eau de javel sont vides.   

Ce produit aux propriétés désinfectantes a été acheté en quantité massive par les consommateurs dans les derniers jours. Dans presque tous les magasins, des affichettes préviennent les consommateurs que les produits seront vendus en nombre limité à chaque client.  

Pourtant, aucune pénurie de ce type de produit n’est à craindre, selon les fabricants interrogés. Puisque leurs services sont considérés essentiels par le gouvernement, les fabricants de produits assainissants resteront en activité et la production d’eau de javel et de produits désinfectants continue.  

Selon France Lupien, présidente de Groupe Savon Olympic, situé à Laval, les usines fonctionnent à pleine capacité. « Tous nos employés sont présents et on fonctionne en temps supplémentaire. C’est certain qu’il y a eu une explosion des commandes depuis quelques semaines. Des clients qui prenaient 2 ou 3 palettes en veulent maintenant 50 ou 100. »   

L’eau de javel est très en demande de la part des hôpitaux et des institutions, mais également les désinfectants à mains et les désinfectants à surfaces dures, selon madame Lupien.  

À pleine capacité  

Le Groupe Sonavrac, grossiste en eau de javel, et l’entreprise Lavo, qui fabrique les produits Hertel, La Parisienne et Old Dutch, entre autres, confirment également rouler à pleine capacité. Ils prévoient tous être en mesure de répondre aux besoins des institutions et des particuliers.