/news/coronavirus

Hausse flagrante des intoxications aux produits ménagers

Pascale Robitaille | TVA Nouvelles

Le Centre antipoison du Québec a constaté, depuis le début de la pandémie de COVID-19, une augmentation flagrante des intoxications aux produits ménagers.

• À lire aussi: Une entreprise de Québec produira du nettoyant antiseptique 

• À lire aussi: Dur, dur de trouver de l’eau de javel 

 «Les gens utilisent beaucoup l’eau de Javel. Dans le contexte actuel, on comprend. Ça amène donc plus d’expositions. Il faut penser que les enfants sont à la maison aussi en ce moment, donc les expositions chez les 0-5 ans ont augmenté», a expliqué Guillaume Bélair, infirmier clinicien ASI au Centre Antipoison du Québec.

 En effet, on dénombre 559 cas d'exposition à des produits nettoyants cette année, comparativement à 426 l'an dernier.

 Ce sont surtout les produits javellisants qui inquiètent, avec un bond de 266 % des intoxications.

 «L’eau de Javel, ça réagit avec plusieurs produits et ça peut dégager du chlore sous forme de gaz. C’est très irritant pour les voies respiratoires. On parle aussi de désinfectants pour les mains; des cas d’ingestion chez les enfants on en a régulièrement», a détaillé M. Bélair.

 Des conséquences dramatiques

 Les intoxications à l'eau de Javel peuvent avoir des conséquences dramatiques, notamment en provoquant des brûlures et des difficultés respiratoires.
L'Ordre des chimistes et l'Association des microbiologistes du Québec ont aussi tenu à rappeler que les produits à base d'acétone, comme le dissolvant à vernis à ongles, ne doivent pas être utilisés pour se laver les mains. Même son de cloche pour le peroxyde d’hydrogène.

 «On a appris que certaines personnes allaient se procurer dans les pharmacies ces produits-là et, ensuite, les utilisaient pour se désinfecter les mains. On peut aller jusqu’à des brûlures, ce qu’on appelle des brûlures chimiques. C’est sans compter l’assèchement des mains qui peut créer des fissures cutanées aussi», a expliqué le président de l’Ordre des chimistes du Québec, Michel Alsayegh.