/news/coronavirus

Il est «grand temps» de confiner Montréal, dit une épidémiologiste

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

FD-COVID-19

PHOTO AGENCE QMI, ANDRÉ PAQUETTE

Alors que le premier ministre François Legault écarte la fermeture de l’île de Montréal et limite plutôt l'accès à de nouvelles régions, une épidémiologiste estime qu’il « est grand temps » d'isoler la métropole.  

• À lire aussi: Valérie Plante pourrait fermer les parcs de la métropole

• À lire aussi: Les 40-49 ans sont les plus touchés à Montréal

« Les autorités de la santé publique [de Montréal] et la mairesse ont évoqué l’idée, que c’était une réelle possibilité. Mais maintenant je pense que c’est le moment de l’exécuter, affirme Nima Machouf. Je pense que les autres régions qui ferment leurs frontières pour se protéger font très bien. »   

Selon l’épidémiologiste, il s’agirait d’une suite logique en raison de la « concentration très élevée de cas à Montréal », alors que le gouvernement du Québec a annoncé mercredi que quatre autres régions seront dotées de points de contrôles pour freiner la propagation de la COVID-19.   

« C’est une décision qui est très dure et personne ne veut prendre ce genre de décision. Mais quand on en a besoin, il faut le faire. Il y a énormément de cas à Montréal et ça va continuer de monter. Ça veut dire que le potentiel de transmission va augmenter aussi », fait valoir Mme Machouf, qui souhaite que seuls les déplacements essentiels soient permis.   

« Peut-être qu’ils sont en train de réfléchir à comment le faire, parce qu’il s’agit d’une opération très complexe. Mais Montréal étant une île, ça peut être plus simple qu’ailleurs », ajoute-t-elle.   

Pas dans les plans   

En conférence de presse mercredi après-midi, le premier ministre François Legault a rejeté l’idée de confiner l’île de Montréal, pour le moment. Pour que le plan fonctionne, il faudrait également fermer les deux rives, ce qui ne serait pas envisageable.   

« [Il] faudrait le faire pour ce qu’on appelle la [Communauté métropolitaine de Montréal] (CMM), incluant le 450, parce qu’il y a tellement de voyagements », a-t-il expliqué, ajoutant qu’il était « hors de question » de le faire.   

Il a toutefois encouragé les Montréalais à éviter de se rassembler dans les parcs, alors que plusieurs citoyens ont été vus, notamment au parc Lafontaine.   

« Le premier ministre nous supplie chaque jour de ne pas sortir inutilement, si les gens ne respectent pas les conseils il faut aller un cran plus loin, on n’a pas le choix [de confiner l’île] », croit de son côté l’épidémiologiste Nima Machouf.   

Selon elle, la prochaine semaine « sera très dure sur le moral » en raison de l’augmentation du nombre de cas annoncée.   

« On rattrape la vague qui vient après le début des mesures de confinement. Mais plus on va s’écarter des prévisions, plus ça voudra dire que la population a bien adhéré aux mesures et aplatir la fameuse courbe », dit-elle, d’un ton confiant, alors que Mme Machouf estime que le Québec « s’éloigne présentement du pire scénario ».