/news/coronavirus

Le gouvernement Legault l’a «échappé», selon la FIQ

Véronique Racine

Nancy Bedard FIQ

Simon Clark/Agence QMI

En raison de la pénurie annoncée de certains équipements de protection d’ici trois à sept jours pour soigner les patients durant la pandémie de COVID-19, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) affirme que le gouvernement Legault l’a «échappé».

«En termes de responsabilités, pour s’assurer que les professionnels en soins soient encore là demain, qu’ils soient en santé et qu’ils soient capables de travailler en toute sécurité, je pense que là-dessus, ils l’ont échappé», a affirmé Nancy Bédard, présidente de la FIQ, sur QUB radio, mercredi.

Après avoir affirmé au début de la semaine dernière que le Québec avait tout «ce qu’il faut» à «court» et à «moyen terme» comme équipement dans les hôpitaux, le gouvernement Legault a prévenu mardi que la réserve de certains équipements de protection pourrait être épuisée d’ici trois à sept jours, ce qui a «choqué» Mme Bédard.

«Et je vais vous dire pourquoi ça m’a choquée. Il y a quelques jours, il nous disait: "on en a suffisamment". Je peux vous dire qu’entre ce qui est dit tous les jours à 13 h par le premier ministre et la ministre de la Santé, et entre ce que mon monde vit sur le plancher, il y avait une distorsion [...] et ça, ça soulève de l’inquiétude.»

Les infirmières «très inquiètes»

Les infirmières du Québec se disent «très inquiètes» de contracter ou de propager le coronavirus à cause du manque «d’outils pour soigner» les patients.

«Le qualificatif d’ange gardien, il dérange un peu. Je vais vous dire une chose: on ne soigne pas par inspiration divine. Oui, c’est le "fun" et c’était bien d’entendre ça au départ, mais on ne soigne pas par inspiration divine. Ça prend des compétences, ça prend des professionnels, elles le sont, mais ça prend des outils pour soigner», a ajouté la présidente de la FIQ.

Dans la même catégorie