/news/coronavirus

Les centres jeunesse se sentent délaissés

TVA Nouvelles

Si, avec raison, la sécurité des personnes âgées est une priorité à l’heure où plus de 500 résidences sont touchées par la COVID-19, il n’en demeure pas moins que les centres jeunesse se sentent laissés pour compte.

Le centre jeunesse de Laval, qui accueille une centaine d’adolescents de 12 à 18 ans, déplore un manque de protection, alors que l’inquiétude est à son comble.

«Les employés nous l’ont dit, ils sentent un peu comme de la chair à canon, raconte Pierre-Luc Carrier, président de l’APTS. Ils se sentent abandonnés, pas protégés par l’employeur. À partir du moment où le virus va rentrer dans la bâtisse, bien ça va se répandre comme une trainée de poudre.»

M. Carrier indique notamment que les intervenants n’ont pas moyens de savoir si les nouvelles admissions, par exemple, ou les jeunes qui reviennent de fugue, ont été en contact avec une personne infectée.

«C’est certain que nos jeunes n’ont pas les mêmes caractéristiques que les personnes âgées, mais le virus va se répandre», dit-il.

Si on craint qu’un jeune ait contracté le coronavirus, il est placé en isolement pendant quatre jours à même le centre jeunesse où se trouvent d’autres jeunes. La petite salle en question n’a cependant pas de fenêtre et on doit laisser la porte entrouverte.

Aucun cas n’a été recensé encore auprès des jeunes ou du personnel. Une douzaine de lits ont été réservés par mesure préventive, mais c’est peu considérant le nombre de jeunes qui y séjourne.