/news/coronavirus

Les inscriptions à la Prestation canadienne d'urgence commenceront lundi

Émilie Bergeron

Les Canadiens qui ne peuvent pas travailler en raison de la COVID-19 pourront faire une demande pour recevoir la Prestation canadienne d’urgence (PCU) de 2000 $ par mois à compter de lundi prochain.   

• À lire aussi: Subvention salariale : l'argent disponible dans 6 semaines  

• À lire aussi: La règle d’or de la Prestation canadienne d’urgence  

• À lire aussi: 2000 $ par mois du fédéral : toutes les réponses à vos questions  

«Notre but est de faire en sorte que cet argent soit rapidement disponible et que les Canadiens puissent y accéder le plus simplement possible», a dit le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, mercredi.   

Sa collègue à l’Emploi, Carla Qualtrough, a invité ceux qui désirent faire une demande à ouvrir un compte en ligne dès maintenant avec l’Agence du revenu du Canada ou Service Canada.   

Une fois les inscriptions reçues à partir du lundi 6 avril, les délais seront de trois à cinq jours pour le versement de la PCU par dépôt direct et d’environ 10 jours pour l’envoi de chèques, a précisé la ministre.   

Ceux qui ont déjà rempli une demande de prestations d’assurance-emploi dans la foulée de la pandémie n’auront pas à en formuler une nouvelle pour la PCU puisque leur dossier sera systématiquement transféré.   

Mme Qualtrough a d'ailleurs indiqué que 2,13 millions de demandes de prestations d’assurance-emploi ont été reçues au cours des deux dernières semaines. Du lot, plus de 430 000 ont été traitées.   

«Pour mettre les choses en perspectives, en 2018-2019, il y a eu au total 2,1 millions de personnes qui ont reçu de l’assurance-emploi pour l’année entière», a ajouté Mme Qualtrough.   

Un processus accéléré de traitement de demandes permettra désormais à Service Canada de traiter 400 000 cas par jour et d'«éliminer l’arriéré», a-t-elle en outre promis.   

La PCU peut être versée pour une durée maximale de quatre mois. Elle vise les Canadiens qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie, les travailleurs placés en isolement et ceux qui s’occupent d’un proche malade, notamment.