/news/world

«Sur le tarmac, les Américains sortent le cash...»

Agence France-Presse

Des masques commandés en Chine par la France sont rachetés par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois avant le départ des avions de livraison, a déploré mercredi Jean Rottner, président de la région française du Grand Est, particulièrement touchée par l'épidémie de coronavirus.

• À lire aussi: Volte-face des États-Unis sur l'utilité des masques... et des écharpes

• À lire aussi: Les hôpitaux de Paris vont produire en 3D les équipements qui leur manquent

• À lire aussi: Trudeau ne peut pas garantir l'approvisionnement d'équipement médical

«Sur le tarmac, les Américains sortent le "cash" et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre», assure M. Rottner sur la radio RTL, expliquant que les avions s'envolent ensuite vers les États-Unis et non plus la France. 

«C'est compliqué, on se bat 24 heures sur 24» pour que les masques soient livrés, a-t-il déclaré, indiquant avoir mis en place une cellule de sa région «dédiée» pour «gagner ces marchés».

Le président de la région PACA (sud-est), Renaud Muselier, s'était également plaint mardi d'une telle pratique de la part d'acheteurs américains.

Deux millions de masques chirurgicaux commandés par la région Grand Est à la Chine ont été livrés dans la nuit de mardi à mercredi.

«J'ai été très heureux de voir arriver cet avion chez nous hier soir», a déclaré M. Rottner.

Le Grand Est a été la première région à recevoir sa propre commande de masques passée en complément des commandes nationales.

Emmanuel Macron, critiqué pour le manque de masques auquel doit faire face la France, a notamment promis mardi «l'indépendance pleine et entière» d'ici à la fin de l'année pour la production de masques, lors d'une visite dans une usine de fabrication.

Les États-Unis, qui ont tardé à prendre des mesures pour enrayer la propagation du coronavirus sur leur territoire, sont également à la recherche de masques.