/news/coronavirus

Cas confirmé dans un service de garde d'urgence sur l’île de Montréal

Agence QMI

Une éducatrice d’un service de garde d'urgence sur l’île de Montréal a été déclarée positive à la COVID-19, a fait savoir jeudi la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ), qui déplore un manque de protection de la part du gouvernement Legault.

Le cas a été répertorié dans un service de garde de la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île (CSPI), a précisé jeudi la FPSS-CSQ, soulignant que les autorités de santé publique ont été averties dès mercredi soir.

«Ce qui arrive aujourd'hui est malheureux, mais était prévisible! Le pire, c'est que ce service de garde reste ouvert», a fait savoir Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ, dans un communiqué. En après-midi, le service n’avait toujours pas été fermé.

Selon ce dernier, des mesures «d'hygiène claires et uniformes» ont été réclamées pour l'ensemble des commissions scolaires, pour l'entretien des services de garde d'urgence, mais «tout ce qui a été actuellement transmis reste flou et imprécis».

La question des primes

Par ailleurs, Éric Pronovost ne s’explique pas pourquoi le gouvernement ne donne aucune prime pour le personnel de soutien scolaire qui, rappelle-t-il, est au front. «Ça n'a aucun sens», a-t-il dit.

«Le personnel sur le terrain a peur, et il a raison! Le gouvernement ne les protège pas et les dédommage encore moins», a-t-il ajouté.