/news/coronavirus

Comment s’en sortir quand nos cartes de crédit sont pleines?

Stéphane Desjardins | Journal de Montréal

040220_dvp

Illustration Adobe Stock

Vos finances personnelles ou familiales sont en crise ? Vos cartes de crédit sont pleines ? Il y a moyen de s’en sortir.  

C’est le débat de l’heure : élus, groupes de défense des consommateurs et simples citoyens espèrent que les banques baisseront les taux des cartes de crédit. Ça n’arrivera pas : même les ministres des Finances hésitent à empêcher les puissantes institutions financières de continuer à égorger leurs clients, alors que les taux des prêts et hypothèques n’ont jamais été aussi bas que depuis les années 1960.       

Pourtant, les cartes de crédit représentent, pour bien des consommateurs, la seule forme de crédit en cas d’urgence. Comme un Québécois sur trois vit d’un chèque de paie à l’autre, selon un sondage de l’Association canadienne de la paie, de nombreux nouveaux chômeurs se replient sur leurs cartes pour passer au travers, alors que deux titulaires sur cinq n’arrivent pas à ramener leur solde à zéro chaque mois... Mais il y a moyen de s’en sortir.       

Changer de carte  

Demandez à votre banque ou caisse de transférer votre solde vers une marge de crédit, un prêt personnel, ou négociez une consolidation de dettes : vous paierez assurément moins d’intérêt. Sinon, demandez un transfert de solde vers une carte à taux réduit. Les institutions financières disent qu’elles veulent être accommodantes en ces temps de COVID-19 : c’est le temps de le prouver !       

-Vous pouvez aussi solliciter une nouvelle carte ailleurs, en utilisant un comparateur :              

-Outil de comparaison de cartes de crédit de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) : https://itools-ioutils.fcac-acfc.gc.ca/CCCT-OCCC/SearchFilter-fra.aspx  

-Sélecteur de cartes du magazine Protégez-Vous : protegez-vous.ca  

-Sélecteur de RateHub : https://www.ratehub.ca/cartes-de-credit/meilleures-cartes-de-credit  

-Ceux des institutions financières              

Celui de l’ACFC affiche huit résultats pour le Québec, classés par ordre croissant de taux d’intérêt. Les moins chères : Synchro de la Banque Nationale (7,2 %, frais annuels de 35 $) et Modulo de Desjardins (10,9 %, 50 $). L’outil affiche frais annuels et taux d’intérêt maximum sur achats, avances de fonds et transferts de soldes.       

Le comparateur de Protégez-Vous affiche six résultats. La moins chère : La Vraie Ligne Or MBNA à 8,99 % (frais annuels de 39 $). 

REMBOURSER UN SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT DE 4000 $ EN 12 MOIS  

CarteTauxFrais annuelsIntérêts payésCoût total
Actuelle21 %0 $472 $4472 $
Faible taux9 %50 $199 $4249 $

Source : ACFC  

Conseils      

-Évitez à tout prix les avances de fonds et les chèques de cartes de crédit. Vous payez des frais inutiles (jusqu’à 5,50 $ ou 4 % de l’avance) et les intérêts s’appliquent à la date du retrait.       

-Évitez les congés de paiement : les intérêts continuent de courir (à 20 %, ça coûte une fortune).       

-Payez au moins le minimum requis, car le taux de plusieurs cartes grimpe si vous en sautez un ou deux paiements : appelez l’émetteur de la carte pour en connaître les conditions ou négocier une entente.       

-Attention aux frais annuels : la Visa Infinite Privilege Desjardins affiche un taux de 9,9 %, mais des frais de 295 $ (membre Desjardins) et 395 $ (non membre).       

-Prenez votre temps pour utiliser les outils de sélection de cartes.       

-Magasinez : posez des questions, mais n’entamez jamais une demande de carte en bonne et due forme avant de faire votre choix ; si vous multipliez les demandes, vous affectez votre cote de crédit.       

-Laissez faire les programmes de récompense : vous êtes en situation d’urgence. Réglez vos problèmes d’argent avant de penser à vos futurs points bonis ou à l’assurance...       

-Les frais annuels de nombreuses cartes dépassent la valeur des remises en argent ou points bonis !       

-Divisez votre solde par six et programmez un virement automatique aux deux semaines depuis le compte bancaire où votre chèque de paie est déposé.       

-Vous êtes pris à la gorge ?        

-Conservez votre ancienne carte pour acheter seulement de la nourriture et consultez immédiatement l’ACEF de votre région, c’est gratuit : toutbiencalcule.ca.     

Des offres un peu trop belles pour être vraies       

Vous voulez profiter d’une offre à 0 % pour transférer votre solde vers une autre carte ? Méfiez-vous !       

Le comparateur de cartes de crédit de RateHub affiche 13 offres de cartes avec transferts de solde dont les taux d’intérêt sont sous les 2 %. Deux affichent un taux de 0 % (La Vraie Ligne MBNA Or et ordinaire), une affiche un taux de 0,99 % (Carte Visa minima Scotia), une est à 1,95 % (Remises Tangerine) et huit sont à 1,99 %. Les taux passent ensuite à 2,99 % et 3,90 %.       

Ces offres sont-elles trop belles pour être vraies ? En grande partie, oui.       

Rien n’est gratuit  

Sachez qu’il n’y a jamais rien de gratuit dans la vie. Et même les rabais se paient. Dites-vous que les émetteurs de cartes de crédit sont des requins de la finance.        

Car les cartes avec transfert de soldes s’accompagnent toujours de limites qui diminueront votre marge de manœuvre financière. Celles à 0 % vous permettent de ne rien rembourser avant six ou dix mois, MAIS imposent des frais annuels (de 30 $ à 120 $).        

La majorité offre une période de grâce (ou promotionnelle) de six mois avant de devoir rembourser quelque chose. Après, le taux de la carte est souvent plus élevé que celui de votre ancienne carte ! De plus, ce nouveau taux est souvent appliqué à la date de transfert du solde, et non à celle de la fin de la période promotionnelle.       

Il faut donc rembourser complètement le solde avant cette date. Quitte à utiliser une marge de crédit ou un prêt personnel.       

De plus, si vous effectuez des achats avec cette nouvelle carte, le taux passe à 8,99 % ou plus sur tous vos achats et vos transferts de solde. Et si vous faites des avances de fonds, vous pourriez payer un taux de plus de 12 % à 24 % à la date du retrait au guichet ! Certains émetteurs appliquent même ce taux à l’ensemble du solde de la carte !       

Des émetteurs exigent aussi un revenu annuel minimum (de 12 000 $ à 200 000 $) ou une limite aux retraits en argent (souvent de 500 $), ainsi que des frais de transfert, qui représentent 1 % à 4 % du solde transféré.