/news/coronavirus

Des masques canadiens sur le marché noir à New York

Eric Thibault | Journal de Montréal

L'arrestation d'un New-Yorkais a permis aux policiers du FBI de mettre la main sur 192 000 masques N95 qui auraient été vendus à prix d'or sur le marché noir, dont des milliers proviendraient de l'Ontario ou du Québec.   

• À lire aussi: Le maire de New York demande aux citoyens de se couvrir le visage 

• À lire aussi: Washington dément avoir acheté à la Chine des masques destinés à la France 

Aucun de ces masques ne reviendra au Canada puisque la totalité du matériel saisi dimanche dernier par le FBI sera distribué au personnel médical et infirmer des États de New York et du New Jersey déjà aux prises avec une grave pénurie d'équipement de protection, a annoncé hier le département américain de la santé.    

Photo Facebook

  

Photo Facebook

  

Les policiers fédéraux ont découvert des dizaines de caisses de masques N95 flambants neufs, cachés au domicile de Baruch Feldheim, 43 ans, à Brooklyn, et dans un entrepôt industriel au New Jersey, le weekend dernier.    

  

Photo Facebook

  

Des sources au fait de l'enquête ont confirmé au Journal qu'une quantité considérable de masques saisis était d'abord arrivée par camion dans l'État de New York à partir du Canada, le 25 mars dernier.    

700% plus cher   

Les agents frontaliers de cet État américain limitrophe du Québec et de l'Ontario ont noté que ce camion transportait «huit palettes de masques chirurgicaux» à destination de l'entreprise dont l'entrepôt fut investi par les policiers quatre jours plus tard, mentionne le FBI dans des documents judiciaires.    

Les autorités n'ont cependant pas dévoilé dans quelle province se trouvait la source de cet envoi de masques N95 à New York.     

Baruch Feldheim a été identifié par la FBI après avoir négocié par messages textes la vente au noir de 3000 masques et de 2800 uniformes de protection à deux professionnels de la santé au New Jersey, en mars.    

Ceux-ci avaient consenti à débourser 12 000 $ pour ce matériel, soit «environ 700 % de plus que le prix normal», selon un résumé de l'enquête rendu public par la poursuite.    

Il s'est dit infecté   

Feldheim a aggravé son cas puisqu'on lui reproche aussi d'avoir «intentionnellement toussé en direction des policiers sans se couvrir la bouche» au moment de la perquisition, en plus d'avoir prétendu qu'il était infecté à la COVID-19.     

Il est passible de peines maximales de cinq ans de prison et d'amendes de 350 000 $.     

De nombreuses enquêtes visant à épingler des contrebandiers qui écoulent des masques respirateurs «à prix exorbitants» sur le marché noir et tentent de profiter de la pandémie pour s’enrichir sont présentement en cours à travers les États-Unis, a prévenu hier le Procureur général des États-Unis, William Barr.     

Dans son édition de jeudi, Le Journal rapportait qu'une entreprise manufacturière de Saint-Laurent ayant commandé 10 000 masques en Chine pour approvisionner des hôpitaux montréalais avait vu sa marchandise détournée aux États-Unis la veille.    

Mardi, le premier ministre François Legault a rappelé que le Québec est impliquée dans une «course aux équipements de protection», en concédant que la province risquait une pénurie de certains de ces équipements d'ici une semaine.