/news/coronavirus

Trudeau très inquiet du détournement de cargaisons d'équipement médical

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau se dit très inquiet que de l’équipement médical destiné au Québec ait été détourné aux États-Unis, comme l'a rapporté jeudi le «Journal de Montréal», et assure que son gouvernement tente de résoudre la problématique avec l’administration américaine de Donald Trump.   

• À lire aussi: Des masques pour le Québec retournés  

• À lire aussi: Une course contre la pénurie d’équipement  

«On va faire des suivis pour [vérifier] ce qui s’est passé et, surtout, s’assurer que l’équipement destiné au Canada arrive au Canada», a-t-il promis jeudi lors de son point de presse quotidien à sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa.   

Le premier ministre a dit comprendre que les besoins des États-Unis sont «criants», mais a ajouté qu’ils le sont aussi au Canada.   

La vice-première ministre Chrystia Freeland, responsable des relations canado-américaines, a ensuite indiqué que les discussions avec les États-Unis sont déjà entamées et qu'un travail acharné est fait pour rectifier le tir.   

«Quand un enjeu difficile [entre nous] survient, on le soulève immédiatement. Jusqu’à présent, on a réussi à résoudre tous les enjeux, mais c’est un travail que l’on doit faire chaque jour», a-t-elle insisté, en précisant que le ton des discussions en était un de collaboration.   

Le Canada a, depuis le début de la semaine, reçu 10 millions de masques de l’étranger, dont plus d’un million arrivés mercredi soir à Hamilton, en Ontario. L'acheminement aux provinces et aux territoires se faisait jeudi, a précisé M. Trudeau.   

La ministre de la Santé, Patty Hajdu, a de son côté affirmé que 700 000 masques de la réserve fédérale s'ajouteront à ces envois, en plus de 500 000 masques reçus par le biais de dons.  

Le premier ministre Trudeau a en outre promis de dévoiler «bientôt» les projections de son gouvernement quant à la propagation de la COVID-19 au pays afin que la population puisse avoir une meilleure idée du temps qu’il faudra patienter avant un retour à la normale.   

Certains pays, comme la Nouvelle-Zélande, ont déjà dévoilé ce type de modélisations et la pression monte pour qu’Ottawa fasse de même.   

D’ailleurs, le premier ministre Trudeau abordera la question du partage de données lorsqu’il s’entretiendra, plus tard jeudi, avec ses homologues des provinces et des territoires.

Dans la même catégorie