/news/coronavirus

Guerre des masques : les États-Unis à nouveau blâmés

Agence France-Presse

n95 protection mask isolated

dvande - stock.adobe.com

La présidente de la région parisienne de l'Ile-de-France Valérie Pécresse a assuré jeudi avoir perdu un chargement de masques chinois au profit d'Américains qui avaient « surenchéri » pour l'obtenir, des accusations, en pleine pandémie de coronavirus rejoignant celles de deux autres dirigeants de région. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus 

« Nous nous sommes fait prendre un chargement par des Américains qui ont surenchéri sur un chargement que nous avions identifié », a-t-elle assuré sur la chaîne de télévision LCI. 

Cela n'a pas eu de conséquences financières puisqu’« on n'a jamais rien payé d'avance ». Simplement « ce qui nous a échappé, on n'a pas pu l'avoir, on n'a pas pu passer la commande », a-t-elle expliqué. 

« Nous payons à la livraison parce que nous voulons voir les masques alors que les Américains paient comptant et sans voir, forcément ça peut être plus attractif pour certains qui cherchent juste à faire du business avec la détresse du monde entier », a-t-elle ajouté. 

Cette semaine, les présidents de la région Paca (sud-est) Renaud Muselier et du Grand Est Jean Rottner avaient déjà dénoncé des pratiques similaires de la part d'acheteurs américains. 

« Sur le tarmac, les Américains sortent l’argent et payent trois ou quatre fois (plus cher) les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre », déplorait mercredi M. Rottner. 

Emmanuel Macron, critiqué pour le manque de masques auquel doit faire face la France, a notamment promis mardi « l'indépendance pleine et entière » d'ici à la fin de l'année pour la production de masques, au cours d'une visite dans une usine de fabrication. 

Les États-Unis, qui ont tardé à prendre des mesures pour enrayer la propagation du coronavirus sur leur territoire, sont également à la recherche de masques

Dans la même catégorie